Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Dans la photo, la durée                     Dans la photo, la durée
Sources (*) : Pluricité de l'image               Pluricité de l'image
Walter Benjamin - "Oeuvres II", Ed : Folio-Gallimard, 2000, p303 - Petite histoire de la photographie

 

-

A présent, tout art est photographique

[Dans certaines photographies, la durée s'installe pleinement et s'insinue dans l'image]

A présent, tout art est photographique
   
   
   
Technique calculable, incalculable Technique calculable, incalculable
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Benjamin parle de certaines photographies de l'ère pré-industrielle (années 1840). Elles succèdent aux panoramas peints des années 1830. Ces images intimident. Elles ont quelque chose de spectral. On se trouve dans la situation de ceux qui étaient stupéfaits par la netteté des premiers daguerréotypes, quand le procédé photographique n'était pas encore instrumentalisé. Par exemple Hill a fait des portraits dans un cimetière, un endroit où l'on pouvait procéder à des expositions longues sans déranger personne. La longue immobilité du modèle contribue à donner l'impression d'un portrait peint ou dessiné. Le modèle ne vit pas à la pointe de l'instant, mais s'installe dans le temps, contrairement aux images modernes prises en une fraction de seconde. Les gens sont en groupe, et même les plis de leurs vêtements semblent durer plus longtemps.

A cette époque (1850), un photographe était à la hauteur de son instrument. Il pouvait congédier le peintre. Dès 1840, la plupart des peintres de miniatures étaient devenus photographes professionnels, et surent tirer profit de leur expérience artistique, tant qu'ils ne furent pas remplacés par des hommes d'affaires qui se mirent à retoucher les négatifs et déclenchèrent une brusque décadence du goût.

Pourtant, dans certaines photos, on trouve encore un point brûlant, une sorte de trou où nous pouvons découvrir notre propre avenir. A l'écart de tout utilitarisme, le visage prend une nouvelle signification.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Les vieilles photographies ont quelque chose de spectral que n'ont pas les dessins anciens

-

Dans certaines photos le réel a pour ainsi dire brûlé un trou dans l'image : petite étincelle de hasard, d'ici et maintenant, où niche un avenir si éloquent que nous pouvons encore le découvrir

-

Faire paraître devant l'objectif des hommes pour qui leur image photographique n'est d'aucun usage, fait prendre au visage humain une signification nouvelle et immense

-

Le panorama, remplacé par la photographie dans les années 1830, traduit un sentiment nouveau de la vie qui se manifeste aussi en littérature, en art et dans les médias

-

Les premières années de la photographie (1840-1850) sont aussi les plus florissantes

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

BenjaminW
PhotoDuree

AA.BBB

ProImage

DU.REE

ArtPhoto

BO.DUR

TechniqueIncalculable

EM.LMM

HP_PhotoDuree

Rang = N
Genre = -