Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, la déconstruction                     Derrida, la déconstruction
Sources (*) : Derrida, nos tâches               Derrida, nos tâches
Jacques Derrida - "Psyché, Inventions de l'autre (tome 1)", Ed : Galilée, 1987, pp26-7

 

Street Art -

Derrida, le désir

La déconstruction, qui se donne pour tâche l'expérience de l'autre comme invention de l'impossible, ne désire pas le possible, mais l'impossible

Derrida, le désir
   
   
   
Derrida, l'invention Derrida, l'invention
Derrida, l'impossible               Derrida, l'impossible  
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

A l'époque où Jacques Derrida écrivait ce texte, le mot invention était à la mode. On le trouvait dans la publicité, dans la psychologie, dans les discours politiques et dans les titres de nombreux livres. Pourquoi ce désir d'invention? Pourquoi le retour d'un mot aussi classique et usé? Le plus souvent l'invention est associée à une transgression, un débordement. Quand elle survient, il faut une perturbation, une turbulence, mais il faut aussi une réception. L'invention ne devient telle que si elle est accueillie et reconnue comme innovation. Elle ne prend sens et légitimité que si elle s'intègre dans une problèmatique. C'est ce qui fait la différence avec la déconstruction. Déconstruire ne conduit pas à trouver un nouveau monde, un autre habitat ou un autre homme. Déconstruire, c'est marcher, frayer un passage sans arraisonner dans une structure conceptuelle ou institutionnelle.

Si la déconstruction se voulait possible, elle se présenterait comme un ensemble de procédures avec leur règles, leurs méthodes, leurs pratiques et leurs chemins balisés et accessibles. Mais ce n'est pas ce qu'elle cherche, ce n'est pas là que se situe sa force. L'expérience qu'elle invente - pour employer ce mot - est insituable : c'est celle de l'autre.

---

La déconstruction n'est ni une critique (Résistances p73), ni une opération théorique, spéculative ou méthodique. Elle ne cherche pas à réduire un texte à ses effets de sens ou de contenu, mais à le relier à une expérience de l'impossible.

Exemple : il y a de la part de Marx (SMX p65) une affirmation de cohérence, de système, voire de scientificité, alors que son texte - comme tout texte - est hétérogène. La déconstruction dans sa parole [ou à partir de sa parole], c'est quand elle ne se laisse pas traduire d'elle-même en elle-même [quand elle laisse s'inventer l'autre en elle] [Il ne s'agit pas de développer sa logique dans le sens prévu par le système, mais de tester des hypothèses non prévues].

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaDeconstruction

EF.ROO

DerridaTache

FD.LDF

DerridaDesir

KD.LKD

DerridaInvention

FN.LNF

DerridaImpossible

CF.LDF

Q.impossible

Rang = D
Genre = MK - NG