Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                 
 
                     
Idixa, les sources                     Idixa, les sources
Sources (*) : Sur la proposition orlovienne               Sur la proposition orlovienne
Pierre Delain - "En ce moment même j'écris, dans l'obscurité orlovienne", Ed : Guilgal, 2048, Page créée le 5 décembre 2005 Où l'Orloeuvre demeure

[J'entends par "sources" les éléments de signature et de date qui hantent les pages de l'Orloeuvre]

Où l'Orloeuvre demeure
   
   
   
                 
                       

Voici une liste, non exhaustive, de certaines sources (auteurs cités) idixées plusieurs fois ou qui font l'objet d'un parcours : Armand Abécassis, Nicolas Abraham, Giorgio Agamben, Fra Angelico, Didier Anzieu, Daniel Arasse, Hannah Arendt, Antonin Artaud, Léon Askénazi, Paul-Laurent Assoun, Paul Audi, John Langshaw Austin, Henri Atlan, Anne Baldassari, Dominique Baqué, Roland Barthes, Georges Bataille, André Bazin, Hans Belting, Walter Benjamin, Emile Benveniste, Gilles Bernheim, Jean-Michel Besnier, Maurice Blanchot, Gottfried Boehm, Pascal Bonafoux, Yves Bonnefoy, Daniel Bougnoux, Filippo Brunelleschi, Martin Buber, Judith Butler, Mireille Calle-Gruber, Albert Camus, Ernst Cassirer, Stanley Cavell, Paul Celan, Paul Cézanne, Catherine Chalier, Michel Chion, Hélène Cixous, Jean Clair, Kenneth Clark, Raphaël Cohen, Gustave Courbet, Marc Crépon, Hubert Damisch, Arthur Danto, Jacques-Louis David, Régis Debray, Thierry de Duve, Eugène Delacroix, Gilles Deleuze, René Descartes, Marcel Detienne, Jacques Derrida, Alain Didier-Weill, Georges Didi-Huberman, Carl Einstein, Josy Eisenberg, Elie Faure, Israël Finkelstein, Michel Foucault, Pierre Francastel, Michael Fried, Sigmund Freud, Carol Gilligan, RoseLee Goldberg, Goya, Clement Greenberg, Benjamin Gross, Mireille Hadas-Lebel, François Hartog, GWF Hegel, Martin Heidegger, Ferdinand Hodler, Michel Hoog, Edmund Husserl, Pierre-Damien Huyghe, Moshé Idel, Edmond Jabès, Fredric Jameson, Dominique Jarrassé, Alain Jouffroy, Emmanuel Kant, Anselm Kiefer, Rosalind Krauss, Jacques Lacan, Bruno Latour, Lawrence Lessig, Gotthold Ephraim Lessing, Emmanuel Lévinas, Pierre Lévy, Jacqueline Lichtenstein, Gilles Lipovetsky, Henri Loyrette, Jean-François Lyotard, Edouard Manet, Serge Margel, Louis Marin, Paul Mathias, Marcel Mauss, Maurice Merleau-Ponty, Henri Meschonnic, Christian Metz, Yves Michaud, Charles Mopsik, Gustave Moreau, Stéphane Mosès, Jean-Luc Nancy, André Neher, Fritz Novotny, Marc-Alain Ouaknin, Erwin Panofsky, Daniel Payot, Platon, Michel Poizat, Francis Ponge, Solal Rabinovitch, Jacques Rancière, Jacob Rogozinski, Betty Rojtman, Avital Ronell, Franz Rosenzweig, Harold Rosenberg, Joël de Rosnay, Guy Rosolato, R. Murray Schafer, Meyer Schapiro, Carl Schmitt, Gershom Scholem, Didier Semin, Michel Serres, Nadine Shenkar, Gilbert Simondon, Peter Sloterdijk, Philippe Sollers, Victor Stoichita, Bernard Stiegler, Peter Szendy, Alfred Tomatis, Shmuel Trigano, Paul Valéry, Vincent Van Gogh, Denis Vasse, Claude Vigée, Léonard de Vinci, Ludwig Wittgenstein, Yosef Hayim Yerushalmi.

Qu'elles émanent d'artistes, d'écrivains, de philosophes, de psychanalystes ou de n'importe qui, les sources de l'Orloeuvre sont considérées sous deux angles. D'un côté elles nous sont transmises comme des blocs immuables qui doivent rester purs, intacts - quasiment sacrés. Il faut les considérer, c'est-à-dire les faire jouir, en tant que signatures, du respect qui leur est dû. D'un autre côté elles sont plurielles, hétérogènes, elles ne nous désaltèrent pas mais nous infectent. Elles font couler en nous le poison de la différence de l'autre. En les prenant en considération, c'est d'abord ce poison que nous recherchons. Entre ces deux côtés, nous sommes partagés. Plus les noms connus, prestigieux, nous rassurent, et plus nous sommes effrayés par l'obligation de signer à notre tour. Pourtant c'est ce que je fais, je signe à mon tour, ce qui m'oblige à appliquer un contrat très singulier, celui qu'on entretient avec les spectres. (1) Appliquer aussi scrupuleusement que possible les règles académico-légales qui imposent de mentionner les sources, (2) Ne jamais perdre de vue la tâche qui s'impose à moi : hériter, transposer, traduire, interpréter, écrire, (3) En établissant, en tête de chaque page, une proposition, je contresigne, je souscris, je dis "Oui" à un autre et en plus [en outre], je laisse ouverte la possibilité d'un autre événement, (4) Cette proposition n'est presque jamais une citation au sens habituel du terme (reprise tels quels de mots, lignes ou phrases tirés d'un auteur) - c'est l'interprétation d'un passage de quelques lignes, quelques pages ou plus (parfois un livre entier), (5) Il arrive aussi qu'il n'y ait pas de source, que le nom avancé pour cette source soit fictif, ou qu'il ne soit que l'avatar plus ou moins avoué de mon nom. Ce n'est pas à moi de faire la part des choses, c'est au lecteur.

Qu'est-ce qu'une signature? Une trace unique laissée par un nom propre ou un auteur en un certain contexte, à une certaine date. Le contexte et la date ont changé, mais la trace perdure. Il faut en tenir compte afin de préserver les droits qui y sont attachés. Mais je n'ignore pas les ambiguités de la notion d'auteur, et j'en tiens compte pour moi-même. L'auteur n'est ni souverain, ni autonome, ni maître de lui. Une fiction légale le rend possesseur des contenus qu'il produit. Elle arrange tout le monde, mais ne résiste pas à l'analyse. Si j'ai choisi de me désigner sous ce nom de scripteur, ce n'est pas pour protéger mon anonymat (ce qui est impossible), c'est pour prendre acte du fait qu'un [soi-disant] auteur n'est que l'addition de toutes ses hantises. En ajoutant l'autre nom et en lui attachant ce qualificatif source, je poursuis la visée de l'Orloeuvre qui est de recueillir des pensées sous quelque forme qu'elles se présentent : profération, affirmation, jugement, critique gratuite ou proposition argumentée, ou encore formulation non verbale (par exemple une oeuvre, un site, une image), voire haussement d'épaule.

Il y a des sources même là où manque l'auteur. Ça produit partout du texte, y compris quand le résultat ne ressemble absolument pas à un texte. Dans tous les cas (sans exception), je fais tout mon possible (c'est-à-dire l'impossible) pour ne pas trahir la source; mais il ne faut pas se voiler la face. Dès qu'elle est recueillie, la pensée est transformée, déconstruite, mise en abyme. La fidélité existe, mais pas l'authenticité.

La liste ci-contre à gauche est indicative, car les sources sont en nombre virtuellement illimité. Beaucoup d'autres auteurs sont mentionnés dans l'Orloeuvre.

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

logo

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
 
   
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Idixa
IdixaSources

AA.BBB

IdixaProposition

DS.LSE

ProEmploi

JV.LVV

LU_IdixaSources

Rang = zQuois_ParcoursSoures
Genre = -