Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Où l'Orloeuvre demeure                     Où l'Orloeuvre demeure
Sources (*) : "Toi aussi, Viens, écris"               "Toi aussi, Viens, écris"
Pierre Delain - "En ce moment même j'écris, dans l'obscurité orlovienne", Ed : Guilgal, 2048, Page créée le 23 septembre 2010

 

-

Ecrire dans la mouvance derridienne

[Idixa.net : la demeure de l'Orlœuvre]

Ecrire dans la mouvance derridienne
   
   
   
                 
                       

logo

Cliquer pour accder son texte

 

C'est une introduction que j'ai déjà recommencée quelques dizaines de fois. Chaque fois je butais sur la même aporie : introduire l'Orloeuvre est impossible - car elle ne s'explique pas, elle s'expérimente - mais c'est une obligation, car un visiteur ne peut être accueilli dignement que sur un seuil. Infatigablement, je tentais de rebâtir cette entrée sans laquelle je sentais qu'il ne pouvait pas y avoir d'édifice. De ce que j'ai écrit, il ne reste presque rien, sauf les quelques bouts qu'on peut éventuellement lire en cliquant sur l'une des propositions de la colonne de droite. Pourtant c'est à cette place, sur la colonne de gauche, que j'aurais voulu présenter le vrai projet, si j'avais été capable d'en imaginer une formule suffisamment réduite et synthétique. Mais depuis qu'il a changé de nom [ces changements de nom, c'est le destin du scripteur], depuis qu'Idixa - qui reposait sur une idée d'indexation (à présent tout est indiciel : le langage, l'image, le livre, l'oeuvre et le réseau tout entier) a reçu le surnom de l'Orloeuvre, le projet est sorti de mon contrôle. Tout se passe comme s'il avait perdu ses têtes et n'avait retrouvé que des jambes. Certes, les têtes sont comme les jambes, elles n'arrêtent pas de (re)pousser. Je suis aussi incapable de les empêcher de marcher que de les fédérer sous une justification ou une explication uniques.

Mais je ne peux pas reculer. Il faut que je m'expose, que je dise ce qu'il en est. Marchons. De quoi s'agit-il? D'un laisser aller. Et qu'est-ce qu'on laisse aller ici, dans l'Orloeuvre? Disons, pour faire simple [mais faire simple, c'est vraiment la chose que je déteste le plus] disons qu'on essaierait de donner l'occasion, si c'était possible [bon, assez avec les circonlocutions], disons qu'on mettrait en place les conditions pour que ce travail en cours puisse être considéré comme quelque chose qui ne serait pas encore réalisé, qui ne serait pas là, mais qui aurait la qualité de ce qui est à-venir. Ah bon. C'est tout ce que tu veux faire? C'est si peu? Eh oui. Disons que pour cette tâche, il faudrait que se mette en oeuvre un certain laisser-aller, un certain don dont au départ on ne saurait pas grand'chose, peut-être rien. J'ai essayé de le prendre sous tous les angles, et je suis arrivé à la conclusion que c'était beaucoup plus difficile qu'on ne croit (pour autant que, en ces matières, on croie quelque chose). Il s'agit, donc, de se tenir à l'écart de tout ce qui pourrait ressembler à un échange, une compensation, une contrepartie, de laisser se mettre en oeuvre quelque chose qui a été déclenché en moi par l'oeuvre derridienne, la déconstruction (pardon pour ce côté légèrement ridicule de celui qui donne l'impression de suivre un maître à penser ou de répéter des formulations toutes faites, mais après tout il vaut mieux dire ce nom, quitte à ce qu'il n'en reste que des traces). Bon. Alors, qu'est-ce que tu laisses venir? Quelque chose qui menace à tout instant de se dérober sous mes pas. Le paradoxe, c'est que pour laisser-aller, il faut agir avec rigueur et alors, alors seulement, ça s'écrit. Le projet n'est rien d'autre que ça, laisser-venir cette tâche, la laisser venir en ne sachant pas, mais vraiment pas du tout, ce qu'on peut en attendre.

Ou plutôt non, il y a autre chose. Malgré toutes mes réserves à l'égard du contenu, malgré l'horreur que je peux ressentir à l'idée de m'enfermer dans un seul domaine, j'ai choisi un champ privilégié que je désigne par le mot plus court : oeuvre. Pas l'Orloeuvre (qui est le nom de cette chose), mais l'oeuvre; pas l'oeuvre d'art (cet objet institutionnel, plus étranger qu'aucun autre à mes préoccupations), l'oeuvre.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

[La mise en oeuvre d'une autre écriture, dans la mouvance de Jacques Derrida]

-

[Au silence de l'autre, tu répondras par l'invitation : "Viens, écris"]

-

L'Orloeuvre est la fidèle descendante du livre, dont elle fait fructifier l'héritage dans l'univers des réseaux

-

[Sur la phrase orlovienne]

-

[Et si on prenait au sérieux la déconstruction?]

-

On ne peut ni signer, ni communiquer, ni expliquer, ni transmettre l'Orloeuvre, on ne peut que la donner, en s'accommodant des apories du don

-

L'Orloeuvre opère par greffes sur un texte qui n'est jamais le sien propre

-

L'Orloeuvre est travaillée par la dissémination

-

[Le réseau orlovien répond à ce qu'on peut exiger de toute oeuvre : rester ouverte et inachevée]

-

La lecture orlovienne est comparable à un montage

-

L'Orloeuvre est un projet textuel de démontage du livre

-

L'unité de base de l'Orloeuvre est la proposition, c'est-à-dire la page

-

On peut comparer l'Orloeuvre à un paquet de neurones

-

Les parcours de lecture de l'Orloeuvre supposent un lecteur désireux de concilier l'ouverture hypertextuelle et la lisibilité du livre

-

Sur chaque proposition de l'Orloeuvre se greffent des supplements : autres propositions, controverses, images, textes ou trajets

-

Chaque parcours de l'Orloeuvre fonctionne comme chemin de lecture (contrainte) et point de départ pour d'autres parcours (incertitude)

-

Chaque proposition ou sous-parcours de l'Orloeuvre déborde le parcours dont il fait partie

-

Les moteurs de recherche internes au site ouvrent à la possibilité de n'importe quel parcours

-

L'Orloeuvre donne toujours ses sources; mais comme tout lecteur ou tout interprète, elle les transforme

-

[J'entends par "sources" les éléments de signature et de date qui hantent les pages de l'Orloeuvre]

-

Toute oeuvre peut s'inscrire dans l'Orloeuvre, intérieurement ou extérieurement

-

L'Orlœuvre s'autoédite à mesure qu'elle s'écrit

-

[Aux fins de laisser venir l'"autre livre", le Derridex prend appui sur les textes de Jacques Derrida]

-

[Il faut considérer chaque oeuvre dans son unicité, comme une proposition singulière]

-

Qui est le scripteur de l'Orlœuvre?

-

Prendre contact avec le site Idixa

-

"En ce moment même j'écris, dans l'obscurité orlovienne" (Pierre Delain, 2012-2017) [Entete]

-

Projet orlovien : à l'impossible deuil des spectres, je suis tenu

-

L'Orloeuvre et le droit d'auteur

-

[Mode d'emploi du site Idixa]

-

Mode d'emploi des moteurs de recherche internes à Idixa

-

[Le Contemporain du Quai]

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

PDel
ProEmploi

AA.BAB

MQiCheminements

ZM.LMM

DerridaIdixa

ZD.LEE

CE_ProEmploi

Rang = zADemeure
Genre = -