Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 
   
Valentin Servanne                     Valentin Servanne
Sources (*) : Le lieu de l'Orloeuvre               Le lieu de l'Orloeuvre
Valentin Servanne - "Un livre en mouvement", Ed : Idixa, 2007, Page créée le 17 juin 2000

 

Saint Jean (Titien) -

[Valentin Servanne]

Autres renvois :
   

Du Cercle du Quoi? à l'Orloeuvre

   
   
                 
                       

logo

Cliquer pour accder son texte

 

(Valentin : Ils ne peuvent pas imaginer à quel point j'aime cette tâche. Je garde toujours mon Calepin dans ma poche pour pouvoir passer quai de l'Idve. Dès que j'ai le plus petit instant je m'y pointe, même si j'ai à peine le temps d'articuler trois mots. J'essaie de me vider complètement, de me concentrer pour mettre en forme leurs phrases, pour leur donner une consistance aussi fidèle que possible, avec autant de rigueur et d'élégance que j'en suis capable... c'est à ce moment-là, quand la phrase finit par sortir, que je les apprécie le plus. Dieu merci, le matériau ne manque pas, ils en disent beaucoup plus que ce qu'ils croient. Ma place à moi, c'est de le faire émerger, ce "plus".)

- Ouzza : Valentin est un homme secret. On sait qu'il est consultant en quelque chose, probablement en rapport avec la finance, mais il répète que ça n'a aucune importance pour lui. Pour ce travail très technique, il est probablement l'un des meilleurs experts de la place de Paris - et sans doute est-il aussi le scribe le plus qualifié du Cercle. Avec son physique plutôt ordinaire, son contact facile, on a l'impression qu'il fait presque partie des meubles, et tout le monde est surpris lorsqu'il lui arrive d'intervenir pour son propre compte.

(Valentin : C'est ce mot de "proposition", ce mot extrêmement banal, qui a fait tilt. Je me suis rendu compte qu'une proposition n'était pas une phrase, qu'elle avait un impact différent, qu'elle produisait un effet non seulement sur nous, mais aussi sur le monde. Avec la proposition, je ne suis plus limité à la place toute simple d'un scribe (à moins que ce ne soit un scribe à la façon de Louis Soutter), je sens peser sur moi le poids d'une responsabilité bien supérieure à toutes celles que j'ai pu prendre en charge par ailleurs, y compris sur le plan professionnel).

- Elena : Par quel étrange cheminement est-il arrivé en ce lieu? Pour ceux qui le prennent pour un cadre supérieur, juriste ou financier, c'est un mystère. Mais pour qui le voit se pencher sur ses petites phrases, c'est une sorte de merveille, la concrétisation d'un talent caché.

(Valentin : Comment faire pour s'extraire de la prison de la langue courante? Ouvrir les vannes, laisser passer les flux, les suivre là où ils vont par leur pente naturelle, torrent, ruisseau, cascade...)

- Garance : Certains le craignent ou le jalousent, comme Jacaline qui estime que sa présence entrave la spontanéité du groupe. D'autres lui font une confiance aveugle, comme Yuchuan. Mais Valentin ne s'occupe pas de ce genre d'appréciation. Il poursuit obstinément sa tâche, n'intervenant en son nom propre qu'au nom de cette tâche.

 

 

 

 

Propositions (les ttes de parcours sont entre crochets)

--------------

-

["Je suis une oeuvre", dit l'oeuvre, cette mise en abyme]

-

[S'il faut écrire, c'est pour laisser travailler, dans le secret des oeuvres, à partir de rien et en vue de rien, une force extraordinaire]

-

[Sur la phrase orlovienne]

-

[Les récits danéliens]

-

Chaque proposition ou sous-parcours de l'Orloeuvre déborde le parcours dont il fait partie

-

La "proposition", qui désigne dans l'analyse du langage une "unité complexe intermédiaire entre le mot (ou terme) et le discours", est aussi l'unité de base de l'Orloeuvre

-

Chaque parcours de l'Orloeuvre fonctionne comme chemin de lecture (contrainte) et point de départ pour d'autres parcours (incertitude)

-

L'unité de base de l'Orloeuvre est la proposition, c'est-à-dire la page

-

Louis Soutter dessinait comme un scribe, le regard tourné vers un texte inconnu

-

Comme dans "La fausse monnaie" de Baudelaire, un titre engendre, quasiment à l'infini, des divisions et des déhiscences

-

Aux lignées de l'Orlœuvre sont attachées des signatures - mais cela n'en fait pas des ensembles

-

Là où "il faut" que les controverses s'inscrivent

-

Le "Livre" de Mallarmé, Oeuvre par excellence, anticipe l'"oeuvre en mouvement" - un monde qui ne cesse de se renouveler aux yeux du lecteur

-

La mahloqet (controverse talmudique) est un dialogue ouvert, sans synthèse ni conciliation, qui ébranle la quiétude de toute vérité

-

Un livre en mouvement (Valentin Servanne) [LAADM]

-

La lecture orlovienne est comparable à un montage

-

Les Calepins de l'Orloeuvre

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Valentin
ValentinParcours

AA.BBB

HebGalgal

GV.ALE

YY_BF.ADF

Rang = zQuois_Servanne_Valentin
Genre = MR - IB