Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 
   
Sergueï Dmytryk                     Sergueï Dmytryk
Sources (*) : Le lieu de l'Orloeuvre               Le lieu de l'Orloeuvre
Sergueï Dmytryk - "La beauté de la lettre", Ed : Galgal, 2007, Page créée par le scripteur le 12 mai 2000

 

-

[Sergueï Dmytryk]

   
   
   
                 
                       

logo

Cliquer pour accéder à son texte

 

- Gérard : Il faut le dire dès le départ, car si on ne le disait pas on n'y comprendrait rien. Sergueï est un mystique d'un genre particulier. Il croit en un dieu d'écriture, un dieu-lettre. Issu d'un milieu mélangé (cosaque par son père, à demi ouzbek et à demi tadjik par se mère), il n'appartient à aucune religion : ni orthodoxe, ni musulman et pas juif non plus, même s'il parle le russe et lit l'arabe et l'hébreu - la moindre des choses pour un linguiste.

(Sergueï : Je crois que ça a commencé quand j'avais à peu près six ans. C'est venu d'abord par la table de multiplications, puis par les mots croisés. Dès qu'on m'a appris à compter, j'ai regardé comment marchaient les nombres. Je m'amusais à les multiplier, les diviser entre eux, dans tous les sens. Puis j'ai appris qu'on pouvait faire pareil avec les mots, que c'était d'autant plus amusant que les langues étaient différentes. Dans la ville où j'habitais, il y avait des gens qui parlaient ouzbek, ukrainien, allemand. J'ai voulu apprendre ces langues. Mes parents ne connaissaient que le russe, ils ne comprenaient pas ce qui pouvait m'intéresser dans cet apprentissage).

- Gérard : Disons le mot : Sergueï était surdoué. Mais qui aurait pu le deviner dans son milieu? On peut le qualifier d'autodidacte pur, même s'il a ensuite fait des études.

(Sergueï : On me raconte qu'à six ans, j'ai voulu regarder le soleil pour savoir à quoi il ressemblait et que je me suis abîmé les yeux. Mais à mon avis c'est une légende, je suis simplement myope de naissance).

- Ouzza : Chauve, le crâne plein de cicatrices, le front droit et long, les sourcils abondants et pointus, on peut dire qu'il a l'air d'un sage, mais un sage ravagé, complexe, capable de débattre avec spécialistes de la religion comme Gil ou Guideon, des scientifiques comme Larissa ou Yolande, mais capable aussi d'avoir des comportements bizarres, incompréhensibles, qu'il ne cherche jamais à justifier.

(Sergueï : Mon seul problème, dans la vie, c'est les migraines. J'ai essayé tous les trucs et pris tous les médicaments possibles, mais ça n'a pas marché).

- Gérard : A 20 ans, il publiait des résultats en recherche mathématiques. A 30 ans, au cours d'un bref épisode mystique, il a cru reconnaître le nom de dieu (216 chiffres représentant 216 lettres), ça lui a passé mais il lui en est resté un goût secret pour la spéculation. Puis il a changé de spécialité, il a abandonné les maths pour la linguistique. Il a passé de nouveaux diplômes, a enseigné les langues d'Asie centrale puis les langues sémitiques. Il avait appris à dissimuler son mysticisme, qui ne s'exprima ouvertement qu'après sa retraite. C'est alors qu'il a décidé de s'installer à Paris. C'était le début d'une nouvelle carrière d'enseignant, qu'il continue encore aujourd'hui, à l'âge de 88 ans. Dans son petit appartement, il donne un autre type de cours auxquels assistent de rares jeunes gens et beaucoup de jeunes femmes : Nata (elle aussi émigrée d'un pays slave), Saphira (adepte d'une autre mystique du chiffre), Elfriede, Patricia ou Ruth (pour Ruth, le contexte est tout autre, quasi-paternel, car Sergueï la protège à sa façon).

 

 

 

 

Propositions (les têtes de parcours sont entre crochets)

--------------

-

[Un autre texte, en plus du texte, fait survivre le texte biblique]

-

[La Cabale est de tous les temps, y compris les temps actuels]

-

[Le récit du monde peut se lire dans les chiffres comme dans un livre]

-

[L'histoire humaine est tiqoun : réparation de la création inachevée]

-

[Il y a quatre méthodes (ou niveaux) d'étude de la tora, comme les quatre lettres du pardès]

-

[Cabale, les sefirot]

-

L'oeuvre du poète est une chambre d'échos : le poème réinvente ce dont il hérite, il bénit et dissémine ses semences

-

Jamais une bénédiction n'est acquise d'avance; on ne peut pas compter sur elle, elle reste toujours improbable, retenue

-

Autour de l'âge de 40 ans, Jacques Derrida lit la Cabale comme elle n'a jamais cessé d'être lue : une sorte d'athéisme

-

Tu aimeras Dieu de tout ton surplus

-

Il faut sacrifier sa lignée pour entrer dans l'alliance

-

"Apokalupsis" est le mot utilisé dans la Septante pour traduire des mots dérivés du verbe hébreu "gala" (exiler, révéler, découvrir, mettre à nu)

-

La restance derridienne laisse un reste qui ressemble au rechimou ou aux écorces vides (klipot) de la Cabale lourianique

-

L'existence du judaïsme athée invite à énoncer un 3è niveau de loi après la loi de Moïse (écrite) et la loi des pharisiens (orale)

-

Dans le récit biblique des Ephraïmites, Schibboleth est le signifiant de la différence fraternelle

-

A chaque fois que Saül entre en rapport avec Yhvh, un lieu est désigné : Guilgal (ou Galgal, ou Ghilgal)

-

En hébreu biblique, un vav placé devant un verbe dit l'accomplissement ou l'inaccomplissement

-

[Sur le Aleph]

-

[Sur le vav (ou waw), lettre hébraïque]

-

[Sur les lettres hébraïques]

-

Le Guimel, c'est sortir de soi, se porter vers l'autre

-

Galgal est un mot hébreu qui signifie "roue" et aussi "dévoilement"

-

Guilgal est le lieu où ça commence à s'ouvrir

-

Chronologie des références de Lacan à la Cabale

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Serguei
SergueiParcours

AA.BBB

HebGalgal

GE.SER

YY_BB.BDC

Rang = XX_Cabale
Genre = Pmasc -