Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 
   
Aelia Laelia                     Aelia Laelia
Sources (*) : Le lieu de l'Orloeuvre               Le lieu de l'Orloeuvre
Aelia Laelia - "Transmutations photographiques", Ed : Galgal, 2007, Page créée par le scripteur le 5 août 2001

 

-

[Aelia Laelia]

   
   
   
                 
                       

logo

Cliquer pour accder son texte

 

(Aelia : Ce qui m'intéresse dans la photographie, c'est ce qui revient tout seul, sans même qu'on le remarque et sans qu'aucune légende ne lui corresponde jamais).

- Ouzza : Elle s'est longtemps présentée chez nous comme photographe professionnelle. Elle montrait ses merveilleux tirages tirant vers l'abstraction, et on avait tendance à la croire. D'ailleurs elle ne mentait pas, elle exposait dans des galeries et en vendait même parfois certains, de ses tirages. Mais en réalité, l'essentiel de son travail, elle le fait avec son copain Harald.

(Aelia : Je ne suis pas comme Carole et Sandrine, avec leur studio et leur marketing. Il me suffit de vendre quelques photos, de temps en temps, à quelques collectionneurs. Après ça c'est terminé, je n'en fais pas plus, je ne publie ni dans des revues ni sur l'Internet).

- Iasna : Cette beauté d'Aelia, évidemment, tous les hommes la remarquent, mais ils ne la remarquent pas comme les femmes. Je crois que les femmes sont encore plus touchées, encore plus jalouses. Elle est tellement fine, ses mains, c'est incroyable, et ses yeux, ce vert, cette sophistication toute simple, je me demande comment elle fait.

(Aelia : Ce que je cherche à mettre en valeur dans mes photos, c'est une trace, une empreinte. Ce qu'on ne voit plus doit être plus présent que ce qu'on voit).

- Ouzza : Elle ne s'occupe pas elle-même du graphisme, ni de la technique, elle ne fait que chercher les clients, les convaincre et garder le contact avec eux - et pour ça, elle est vraiment irremplaçable.

(Iasna : Le point commun qu'elle a avec Harald, c'est que malgré leur côté très banal, ils ont tous les deux quelque chose de franchement mystérieux).

 

 

 

 

Propositions (les ttes de parcours sont entre crochets)

--------------

-

[L'image d'art atteste d'une mémoire qui la hante]

-

[Le référent revient comme spectre ou effet de réel]

-

[Le point d'arrêt d'une photographie (punctum), c'est cette trace disparue, déjà morte, ce rien qui peut, sans prévenir, déstabiliser le regard]

-

[L'oeuvre accueille les spectres; elle les fait parler, les conjure, les exorcise, elle les chasse]

-

[A présent toute oeuvre d'art se positionne par rapport à la photographie]

-

[Dans l'espace vocal, toute image est menacée de spectralité]

-

[Aby Warburg - ce fantôme qui hante l'histoire de l'art - a déconstruit tous les modèles en usage à son époque]

-

[Dans une photographie dépourvue de légende, le rapport à l'autre génère une productivité infinie]

-

[Une photo, une seule]

-

L'Hamlet européen regarde des millions de spectres

-

Le spectre, c'est du visible, même s'il n'est pas présent en chair et en os, tandis que le revenant n'apparaît pas à la vue

-

La déconstruction trouve, dans la logique spectrale, au coeur du présent vivant, son lieu le plus hospitalier

-

"Seul cet homme sur le chemin de la mort peut jouir de moi"

-

L'art n'est peut-être qu'une intense familiarité avec l'inéluctable originarité du spectre

-

La modernité est née avec ses fantômes, comme le montre Goya qui leur a prêté sa voix

-

Effet d'archive : l'objet d'étude devient le sujet spectral, le destinataire ou l'interlocuteur virtuel de l'historien

-

L'écriture est un intense rapport à la survivance, non par désir qu'après moi quelque chose reste, mais par jouissance, ici et maintenant, de la vérité du monde en mon absence radicale

-

Le propre de la photographie est la transparence du négatif : fondamentalement réversible, elle montre un sujet dépossédé dans son être même par le fait qu'il est vu

-

Chaque fois qu'un spectre est présent, c'est l'événement même, tout autre

-

Ecrire sans croire à sa propre survie, c'est écrire pour un présent qui n'est fait que du retour sur soi de cette survie déniée

-

Les photographes surréalistes étaient des maîtres de l'informe - cette catégorie qui défait les frontières et déconstruit les concepts par lesquels la réalité s'organise

-

Transmutations photographiques (Aelia Laelia, 2007) [TPH]

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Aelia
AeliaParcours

AA.BBB

HebGalgal

HA.LAE

YY_BI.HDD

Rang = zQuois_Laelia_Aelia
Genre = Pfem -