Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 
   
Ouarda Ben Zeni                     Ouarda Ben Zeni
Sources (*) : Le lieu de l'Orloeuvre               Le lieu de l'Orloeuvre
Ouarda Ben Zeni - "Respecter l'autre digne", Ed : Galgal, 2007, Page créée par le scripteur le 19 novembre 2000

 

-

[Ouarda Ben Zeni]

   
   
   
                 
                       

logo

Cliquer pour accder son texte

 

(Ouarda) : Il y a ce que je dis et ce que je cache. Je dis que je suis palestinienne, née en Cisjordanie, à Ramallah, ayant vécu plus tard à Gaza (et c'est vrai); mais j'ai l'habitude de cacher les circonstances du départ de mes parents. Pourtant je n'y étais pour rien, je n'avais que douze ans. Ils ne pouvaient pas sortir, alors ils m'ont envoyée en France, chez des cousins. C'est pourquoi je parle encore l'Arabe, mais avec cet accent français qui parfois me fait honte.

- O : Quand on la voit comme ça, silencieuse, on ne peut rien deviner de ce qu'elle est.

(Ouarda) : Non, finalement, c'est une erreur de dire que les cousins m'ont élevée. C'est d'abord mes parents qui m'ont donné confiance en moi, et ensuite c'est Georges. Grâce à lui j'ai pu commencer à vivre dans un certain brouillard. Je me suis habituée à voir trouble, j'ai compris que c'était une condition de survie.

- Ouzza : Finalement ses parents ne se sont pas installés en France, mais aux Etats-Unis. Elle, elle a préféré rester à Paris.

(Ouarda) : J'ai besoin de voyager. Il me faut ma part d'errance. Je viens d'un pays qui n'en est pas un, de deux villes qui ne m'ont pas laissé le moindre souvenir, Ramallah où je suis née et Jaffa où certains de mes arrière-grands-parents ont vécu. Mais quand la nostalgie monte, c'est plutôt dans mon quartier de l'avenue Parmentier que j'ai envie de revenir... alors je n'y comprends plus rien, je ne peux qu'avancer.

- Ruth : Ouarda, où est-ce que tu as appris à jouer de l'oud?

- Ouarda : Ce sont mes cousins qui ont insisté, pour me donner le goût du pays natal. En Palestine, je ne sais même pas ce qu'on chante.

(Ouarda) : Et finalement j'ai toujours fui.

- Ouzza : Georges l'a rassurée, mais l'a moins aidée que sa complicité avec Ruth et la possibilité de parler avec beaucoup d'autres, dont Elfriede, Guideon ou Jim.

(Ouarda) : Il arrive que des restes d'origine fassent retour. Je n'ai qu'une seule amitié reposante, stable, sans souci, c'est celle d'Amalqa. Mais jamais Amalqa n'aura pu me suffiré. S'il n'y avait qu'elle, j'aurais l'impression de ne connaître que moi-même.

 

 

 

 

Propositions (les ttes de parcours sont entre crochets)

--------------

-

[Principe de l'œuvre : ce qui a lieu dans une œuvre s'affirme inconditionnellement, en-dehors de tout calcul, de toute finalité et de toute transaction]

-

[S'il y a, dans l'humain, une dignité singulière, elle est dans sa radicale indétermination]

-

[Le conflit israëlo-palestinien ne cèdera devant aucun rapport de force, aucune menace ni aucune violence, mais devant l'indétermination d'un mot : "dignité"]

-

Là où "il faut" que les controverses s'inscrivent

-

Respecter l'autre digne (Ouarda Ben Zeni) [RLAD]

-

Un lieu sans lieu

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Ouarda
OuardaParcours

AA.BBB

HebGalgal

GO.KKQ

YY_BE.ADJ

Rang = zQuois_BenZeni_Ouarda
Genre = Pfem -