Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 
   
Sherman MacCoy                     Sherman MacCoy
Sources (*) : Le lieu de l'Orloeuvre               Le lieu de l'Orloeuvre
Sherman MacCoy - "Défense du factice", Ed : Galgal, 2007, Page créée par le scripteur le 17 juin 2000

 

-

[Sherman MacCoy]

   
   
   
                 
                       

logo

Cliquer pour accder son texte

 

(Sherman : Ce qui est formidable dans le dessin animé, c'est qu'on n'est contraint par aucun réel, aucun référent. La seule et unique contrainte, c'est que la figure puisse être lue).

- Ouzza : Un Américain, spécialiste de la calligraphie chinoise, vivant et enseignant en France et en français, c'est déjà un peu bizarre, mais si l'on ajoute que sa principale activité, celle qui lui permet de vivre, est le dessin animé, alors ça devient plus que bizarre.

(Sherman : Finalement je n'ai trouvé qu'un seul asiatique au Cercle avec qui je pouvais m'entendre, c'est Shutong. Les autres chinois que je connais à Paris, je n'aurais jamais pu les emmener là-bas. Lui est déjà mélangé, chinois né au Vietnam, dont la seule langue est française, mais la culture de partout et de nulle part. Partout et nulle part... c'est exactement ce qu'il me faut).

- Bernard : Sherman MacCoy est un pur Américain de plusieurs générations, né dans la plus profonde des Amériques et que rien ne prédestinait au cosmopolitisme. Mais c'est comme ça, il a démarré tout petit, sa formation littéraire est vaste, il doit connaître non seulement le chinois et d'autres langues asiatiques, mais aussi le grec, le latin et quelques machins de ce genre.

(Sherman : Je me suis spécialisé dans la calligraphie mais je n'ai jamais réussi à calligraphier moi-même; et je ne connais pas grand'chose au dessin animé, mais j'en dessine des tonnes).

- Bernard : Dans son histoire, il y a un avant et un après. A un certain moment, il y a eu une sorte de dérèglement. L'homme normal et simple, quoique ambitieux, a pris ses distances vis-à-vis de l'érudition qui avait fait sa carrière, et s'est mis à fabriquer ces histoires où son propre milieu est souvent ridiculisé.

- Ouzza : Aussi shaman que Sherman, complice de Susuke, il a croisé Jim qui avait connu une évolution comparable. Ce sont eux les deux Américains du Cercle, passablement caricaturaux et en même temps totalement imprévus.

 

 

 

 

 

Propositions (les ttes de parcours sont entre crochets)

--------------

-

[Oeuvrer, aujourd'hui, c'est répondre à la hantise du référent par tous les artefacts et moyens disponibles]

-

[Claude Cahun, androgyne absolue (hors-norme, hors-lois, hors-genre), produit son référent et fabrique le simulacre d'"identité" auquel elle renvoie]

-

Ce qui fait oeuvre est une perturbation dans le système "normal" de la référence, en rapport avec le jeu du cadrage et la logique paradoxale des limites

-

Les fondements du progrès sont ruinés, et pourtant il continue

-

La révolution de l'image numérique par rapport à la photographie et au cinéma, c'est qu'il n'y a pas nécessairement de référent

-

Dans ce monde aux multitudes d'écrans, tout se passe comme s'il n'y avait plus pour référent aux images que d'autres images, aux fictions que d'autres fictions

-

Défense du factice (Sherman MacCoy, 2007) [DDF]

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Sherman
ShermanParcours

AA.BBB

HebGalgal

HS.LKD

YY_BK.ABB

Rang = zQuois_MacCoy_Sherman
Genre = Pmasc -