Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 
   
Tjara Omshak                     Tjara Omshak
Sources (*) : Le lieu de l'Orloeuvre               Le lieu de l'Orloeuvre
Tjara Omshak - "Art = sexe, sang et mort", Ed : Galgal, 2007, Page créée par le scripteur le 16 septembre 2001

 

-

[Tjara Omshak]

   
   
   
                 
                       

logo

Cliquer pour accder son texte

 

(Tjara : Je sais pas comment ils ont fait pour se retrouver en Italie. J'ai toujours trouvé ça bizarre, mais ça n'est pas la raison pour laquelle je suis partie. Pourquoi Paris? Il n'y avait pas plus de raisons. La solitude était tout aussi totale). (Ils étaient honnêtes, mais je savais qu'ils n'étaient pas mes vrais parents. Eux n'avaient jamais rien volé, et je ne voulais pas leur faire honte. Mais j'ai bien dû me débrouiller. A ce moment-là ça n'avait pas beaucoup d'importance, c'était du provisoire, j'imaginais qu'on ne pouvait pas beaucoup m'en vouloir. Et depuis que mes papiers d'identité étaient dans la poubelle, où est-ce qu'ils auraient pu m'envoyer?)

- Malavika : Quand Winona est arrivée en tenant cette petite par le bras, il m'a semblé évident que c'était à moi de la prendre en charge. Je ne saurai dire pourquoi. Bizarrement, à partir de ce jour, Nikita aussi est sortie de la petite délinquance.

(Tjara : On était dans le métro. Winona portait un sac très fin, je l'ai découpé par en-dessous et tout en tombé par terre. Il y avait de quoi rire, mais moi je pleurais. C'était il y a dix ans et je me souviens de cette terreur, elle est encore en moi)

 

 

 

 

Propositions (les ttes de parcours sont entre crochets)

--------------

-

[L'oeuvre s'écrit à même le subjectile]

-

[La danse outrepasse la loi]

-

[Les proférations protestataires de l'art actuel prolongent la métaphysique d'Antonin Artaud : présence vivante de la voix dans le corps]

-

[L'art et la sexualité, c'est la même chose]

-

Le subjectile (jeté/jetant) se fonde et s'institue dans le mouvement où il devient le support de l'oeuvre

-

Artaud dit la vérité contre laquelle il proteste avec violence : tout moi, en son nom propre, est appelé à l'expropriation familiale du nouveau-né

-

Le corps sans organe est sans langue

-

Une photographie est morte, tandis qu'une voix archivée reste vivante; on y entend comme le rapport à soi

-

L'algorithme saussurien du signe, formalisé S/s, est une pure fonction du signifiant (S), sous lequel glisse le signifié (s)

-

Au nom de la souveraineté de la parole et du corps, Artaud cherche un salut par la destruction de l'oeuvre - mais c'est un salut onto-scato-théologique

-

Artaud doit expulser, forcener, mettre hors sens le subjectile, support parergonal de l'oeuvre, pour que l'oeuvre ait lieu

-

Art = sexe, sang et mort (Tjara Omshak, 2007) [ASSM]

-

Délivrée du phallique, la sexualité féminine peut se saisir de la chair (Grave, film de Julia Ducournau, 2016)

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Tjara
TjaraParcours

AA.BBB

HebGalgal

GV.TJA

YY_BF.HEE

Rang = zquois_Omshak_Tjara
Genre = Pfem -