Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 
   
Chycalyse = thérapie par l'oeuvre                     Chycalyse = thérapie par l'oeuvre
Sources (*) : Les récits danéliens               Les récits danéliens
Albert Egakis - "Puisse...", Ed : Galgal, 1989, Page créée le 29 janvier 2008

[La chycalyse est une cure analytique, qui tire sa dynamique de la production d'oeuvres]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acqurir, cliquez

sur le livre

logo

 

- Albert : Freud a fait cette découverte extraordinaire à laquelle on donne, en français, le nom de tranfert. Il l'a défini en fonction de sa pratique : une relation de personne à personne, qui doit respecter des règles précises et rigoureuses pour qu'elle ne devienne pas spéculaire ou duelle (c'est-à-dire dangereuse). Pour ma part je suis parti d'un constat : chez Freud, la dimension du tiers tient à l'intervention du langage ou de l'interprétation. Or, dans certaines circonstances, on peut trouver cette dimension dans l'oeuvre. Mais comment faire pour engager ses patients dans une pareille aventure, la confection de cette chose difficile à définir qu'on appelle une oeuvre? C'est toute la question posée par la chycalyse.

- Emilia : Il ne s'agit donc pas de psychanalyse?

- Albert : Si. Je ne cherche pas à rompre avec Freud, au contraire, je revendique son héritage. L'invention de la chycalyse m'a servi à moi-même de thérapie. La chycalyse n'est pas mon oeuvre, car l'oeuvre n'appartient à personne. Elle est, dans mon parcours, ce qui vient à la place de l'oeuvre, ce qui m'a permis d'avancer à ma façon dans une auto-analyse involontaire.

- Cécile : Tu veux dire que ton oeuvre à toi, celle qui te sers pour ta propre thérapie, c'est la chycalyse elle-même?

- Albert : Il s'agit moins de soigner que d'apprendre à vivre. Il se trouve qu'une conjonction particulière a fait que, dans mon cas, l'expérience du transfert (du contre-transfert et du contrôle par un autre praticien) s'est traduite en cette chose-là que je désigne par ce nom bizarre, la chycalyse. Mais pour d'autres, par exemple pour Danel, elle a pris d'autres noms.

- Emilia : Oui, justement, pourquoi ce mot-là?

- Albert : C'est un joke, une plaisanterie privée, mais le nom est resté, et après tout je l'assume. Pour les autres patients, je tiens à dire que n'importe quoi peut avoir fonction d'oeuvre y compris, par exemple, un autre genre de thérapie. Ce peut être un objet, une pratique, un concept, un acte, une performance : peu importe. Sur ce point nous suivons les traces de l'art actuel, nous nous moquons des genres ou des styles (ou nous les apprécions tous). L'oeuvre peut avoir toutes les qualités ou n'en avoir aucune. Elle peut être pure, impure, sale, laide, obscène, belle ou sage, érudite ou provocatrice, injurieuse ou médisante, informe ou respectueuse de la représentation. L'important est qu'elle fasse oeuvre et que, comme une sorte de don, elle vous change de part en part.

--------------

Propositions

--------------

-

Danel prend conscience de son désoeuvrement

-

Une éthique de la représentation s'oppose, se discute, se confronte; elle apporte civilité, détachement et distance

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Albert
CtpEthique

AA.BB

LEODOParcours

HG.TUR

JQ_CtpEthique

Rang = Q
Genre = Pmasc -