Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 
   
Emilia Dengerfeld                     Emilia Dengerfeld
Sources (*) : Le lieu de l'Orloeuvre               Le lieu de l'Orloeuvre
Emilia Dengerfeld - "La pêche à la pensée", Ed : Galgal, 2007, Page créée par le scripteur le 2 juin 2001

 

-

[Emilia Dengerfeld]

   
   
   
                 
                       

logo

Cliquer pour accder son texte

 

(Emilia : Je crois qu'ici, dans cette fonction, mon accent allemand est plutôt un avantage. Il me donne une sorte d'aura un peu mystérieuse, il laisse supposer une compétence, un poids de savoir, une dose raisonnable de sérieux et de légitimité dont je suis la seule à connaitre la fragilité).

- Ouzza : Bien qu'Albert et Arno, ses deux maris successifs, aient été des membres éminents du Cercle, Emilia y semble peu intégrée. Mais c'est une impression trompeuse. D'abord elle n'a jamais cessé de contribuer, par des apports quasi journaliers, à la progression de sa lignée; et ensuite elle y a conservé bien des connexions, à commencer par ses trois enfants Estelle, Ernest et Christelle, son copain Susuke et sa collègue Melissa qu'elle voit tous les jours.

- Jeannine : S'il y avait une psychanalyste au Cercle, une seule, ce serait elle.

(Emilia : Ils me prennent tous pour une psychanalyste, sans se rendre compte que je ne me suis jamais située qu'à ses marges. Je les lis tous, y compris les plus difficiles, mais ce que j'aime chez eux, c'est leur idiome. J'aime suivre la façon dont ces idiomes se croisent, cohabitent et viennent se mélanger, j'aime imaginer que leur tour de Babel à eux n'a jamais été détruite).

- Jeannine : Pendant sa lointaine jeunesse à Dresde, elle a d'abord étudié la littérature française. Elle s'est passionnée pour la French Theory; dont il lui reste de solides bases théoriques. Arrivée en France, elle y a approfondi ses connaissances en psychanalyse et obtenu un diplome de psycnologue. Elle reçoit maintenant des patients chez elle et dirige un centre de prévention-détection des maltraitances. Toutes les violences sont abordées : jeunes adolescents en dérive, femmes battues ou mauvaises pratiques institutionnelles. Melissa est son adjointe, et surtout son complément irremplaçable.

 

 

 

 

Propositions (les ttes de parcours sont entre crochets)

--------------

-

[Dans le principe de plaisir qui, selon Freud, domine la vie psychique, est à l'oeuvre, en silence, le "tout autre"]

-

[Le phallus n'est pas tout à fait un objet comme les autres]

-

[Entre Lacan et Derrida : le cousinage des deux Jacques]

-

[L'objet (a) est emblématique d'une époque : les années 1960]

-

[Malgré la psychanalyse et ses concepts, nous ne savons presque rien de l'autre scène]

-

La voix pure est le lieu de l'Autre

-

La voix supporte la fonction de la coupure

-

Le surmoi et l'idéal-du-moi sont dirigés en sens contraire : l'un est contraignant, l'autre exaltant

-

La chose qui fait loi est au plus proche, et aussi toute autre - en elle jouit la vérité, comme en la serviette-éponge de Ponge

-

La logique de l'art moderne / contemporain est auto-immunitaire : plus il affirme son autonomie, sa présence, plus il s'auto-détruit

-

L'espace vocal est une hypostase du système perception-conscience de Freud

-

Le sujet s'accroche au discours autour du point de capiton, point d'attache où se nouent le signifiant et le signifié

-

Freud cherche à concilier deux postulats : la prévalence de la pulsion de mort, et le dualisme entre pulsions de vie et de mort

-

Le monothéisme est le retour du souvenir de la mise à mort d'un père primitif [Moïse], sous la forme d'un Dieu unique et omnipotent éclipsant tous les autres

-

La voix porte la division du sujet parlant

-

Un concept reste toujours inadéquat à ce qu'il devrait être, et cette disjonction est en rapport nécessaire avec la structure spectrale de l'archivation

-

Une crypte au sein du Moi le fissure, dans la crypte un symbole clivé, fétichisé, produit du sens et autre chose (allosème, anasème)

-

La structure de la crypte requiert une topique toute autre, polyédrique, qui multiplie les faces et les angles

-

L'objet (a), par sa matérialité - pénis, excrément, regard, voix, rien, et aussi ombilic - obture et chosifie la différence

-

Le plaisir est une diminution de la quantité d'excitation qui, dans la vie psychique, n'est pas liée, et le déplaisir son augmentation

-

La place de la voix dans la controverse entre Lacan et Derrida reflète les tensions de l'époque

-

Le surmoi est le point-trou auquel la loi se trouve réduite

-

La voix est le lieu idéal du phallus - sur sa présence s'édifie le "phallogocentrisme"

-

Lacan définit la voix comme objet (a) en 1959, dès sa première présentation des formes de l'objet (a)

-

Chronologie comparée du rapport à la voix dans Lacan et Derrida

-

La pêche à la pensée (Emilia Dengerfeld, 2007-2013) [LPALP]

-

Lire, c'est traduire l'idiome d'un autre dans une langue à inventer

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Emilia
EmiliaParcours

AA.BBB

HebGalgal

GN.KKQ

YY_BD.ECH

Rang = zQuois_Dengerfeld_Emilia
Genre = Pfem -