Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 
   
Antoinette Magard                     Antoinette Magard
Sources (*) : Le lieu de l'Orloeuvre               Le lieu de l'Orloeuvre
Antoinette Magard - "Le poids de l'abandon", Ed : Galgal, 2007, Page créée par le scripteur le 19 novembre 2001

 

-

[Antoinette Magard]

   
   
   
                 
                       

logo

Cliquer pour accder son texte

 

(Antoinette : Si je leur disais "Mon père est un écrivain", j'aurais certainement plus de prestige. Je serais rattachée à lui, à cette activité d'écriture. Mais la vérité est un peu différente - cet homme-là, qui venait du Canada, passait par le Lubéron, et il a juste oublié un peu de sperme dans le ventre d'une petite française qu'il a rencontrée dans une discothèque. Est-ce qu'on peut appeler ça un père? Il a été forcé de me reconnaître, il m'a envoyé de temps en temps quelques mandats postaux, et je ne l'ai vu en tout et pour tout que trois fois. Quant à la petite française, ma mère, elle a préféré laisser sa fille s'élever toute seule - et elle n'avait peut-être pas tort. Aujourd'hui, quand je me dis fille d'écrivain, ce n'est qu'une sorte de fiction... )

- O. : On la croise souvent dans les couloirs du loft, à peine habillée, visage rougi et parole colérique. Elle flotte dans tout cela comme dans des vêtements trop grands, et quand son caractère impulsif la conduit à des passages à l'acte, seul Lucien réussit à stopper.

(Antoinette : Je ne me suis jamais fait beaucoup d'illusions sur les thérapies d'Albert. Il était bien gentil mais, pour moi, il n'avait pas assez d'ampleur. Je préférais des gens comme Aristide, Max, et surtout le mystérieux Ksa).

- Laaqib : Pourquoi tout lui paraît-il aussi étranger, incontrôlable, son corps, sa vie? Pourquoi a-t-elle le sentiment qu'un autre joue à sa place?

 

 

 

 

Propositions (les ttes de parcours sont entre crochets)

--------------

-

[Défaillances]

-

[Au long du 20ème siècle, la liaison téléphonique est devenue le modèle intériorisé du rapport à l'autre]

-

[Dans le vide de la bouche s'incarne la défaillance de la voix]

-

Tout art est défectueux

-

Il y a au moins deux versants de la voix (Vox et Phonè), voire plus

-

L'écriture alphabétique saisit la voix ou la langue dans l'événement singulier d'une phrase

-

La parole est contrôlable, pas la voix

-

Un téléphone présuppose l'existence d'un autre téléphone

-

Le téléphone met dans la situation de l'enfant en instance de contact maternel

-

L'évidence vive originaire est transitoire, mais si elle est répétée et comprise par les autres, elle peut perdurer comme objet idéal

-

L'appel téléphonique impose de reconnaître une certaine précédence irréductible de l'Autre par rapport à Soi

-

Le sujet est un "Je" sans visage et sans corps, sauf au lieu de la pure auto-affection où ce "Je" se touche : la bouche

-

Toute l'histoire du cogito n'a été que celle des manières diverses ou antinomiques de dénoncer, éviter, réfléchir, suspendre ou médiatiser son immédiateté

-

De toute trace de voix (écrite, enregistrée, mémorisée et même fabriquée) peut s'extraire une voix vive

-

Au téléphone, la proximité de la voix (présence) souligne la distance de l'être qui parle (absence)

-

Le poids de l'abandon (Antoinette Magard, 2007) [LPDLA]

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Antoinette
AntoinetteParcours

AA.BBB

HebGalgal

HK.LLJ

YY_BK.DCG

Rang = zQuois_Magard_Antoinette
Genre = Pfem -