Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 
   
Iphianassa Dentyar                     Iphianassa Dentyar
Sources (*) : Le lieu de l'Orloeuvre               Le lieu de l'Orloeuvre
Iphianassa Dentyar - "D'un pur accueil", Ed : Galgal, 2007, Page créée par le scripteur le 25 décembre 2000

 

-

[Iphianassa Dentyar]

   
   
   
                 
                       

logo

Cliquer pour accder son texte

 

- Valentin : Commençons par le commencement. Iphianiassa est la fille de Matricia et d'Albert, la soeur de Larissa et aussi de quelques demi-frères et soeurs qu'il est inutile d'évoquer ici (pour le moment). Il fallait que ce soit dit - même si, au fond, ça n'est pas si important que ça.

(Iphianassa) : Albert, je ne l'ai jamais appelé Papa. Il m'a toujours ignoré.

- Ouzza : On peut dire que tout le monde l'aime, peut-être à cause de son physique (une silhouette, des membres et des os d'une finesse exagérée qui donnent l'impression qu'à chaque instant ils pourraient se casser, des yeux en amande quoique plus moyen-orientaux qu'asiatiques, une peau d'une couleur ambivalente, presque dorée) et d'abord Guideon et Bendito, qui voient en elle l'incarnation de cette authenticité à laquelle ils ne croient pas, mais pourraient croire (ce serait si beau). Mais cette popularité a quelque chose de superficiel. Dans sa vie intime, elle n'a qu'une amie proche : Lorie Madoine (avec laquelle elle partage à la fois certaines valeurs de pureté, et certaines exigences qui font de la pureté un obstacle).

- Valentin : Petite précision supplémentaire : elle a étudié à l'Ecole nationale des chartes à laquelle elle est toujours rattachée, car elle y prépare une thèse sur La perception de la photographie dans les années 1850, un thème qui n'est pas étranger à son activité professionnelle : conservatrice de la Fondation Nationale pour la Préservation et le Partage des Photographies du Domaine Public (FN3PDP) où elle se bat à la fois pour conserver les originaux - souvent laissés à l'abandon, quand ils ne sont pas appropriés frauduleusement - et une liberté totale de reproduction, que beaucoup d'organismes publics ont tendance à négliger.

 

 

 

 

Propositions (les ttes de parcours sont entre crochets)

--------------

-

[Pour garder l'œuvre intacte, il faut la contaminer]

-

[A la plus parfaite reproduction d'une oeuvre d'art, il manquera toujours quelque chose : l'unicité de son existence au lieu où elle se trouve (son aura)]

-

Le Musée est chose de la mère, il tient lieu de mère, lieu intact et intangible de l'Immaculée Conception

-

Le propre de l'oeuvre d'art est sa présence se suffisant à elle-même

-

L'esthétique totalise l'oeuvre d'art en une chose autonome, apparemment close sur elle-même, qui n'a plus d'action dynamique

-

La reproductibilité technique de l'oeuvre d'art l'ébranle en son autorité et la touche en son point le plus vulnérable : son authenticité

-

"On ne peut pas toucher à l'original"; il faut cet axiome - qui garantit la pureté de l'original - pour interpréter, déplacer, traduire et inventer

-

La pureté de l'oeuvre d'art autonome, auto-affirmée, témoigne de la dissonance d'un monde non réconcilié

-

Le droit d'auteur suppose un "original" pur, vierge, intouchable et identique à soi

-

Le Musée est le lieu qui nous donne à voir l'art en sa vérité, en sa conscience de lui-même et de son autonomie

-

L'idéal moderne de l'oeuvre, qui exige qu'elle soit respectée, laissée intacte, s'impose pour la musique vers le milieu du 19ème siècle

-

La photographie est authentique quand le choc produit par les images suspend, chez le spectateur, les clichés linguistiques

-

Dieu demande la traduction car, pour commander, la loi doit être lue et déchiffrée; il pleure après la traduction de son nom, alors même qu'il l'interdit

-

D'un pur accueil (Iphianassa Dentyar, 2007-2013) [DUTA]

-

La collision de mondes clos n'ouvre ni avenir, ni survie (Ajami, film de Scandar Copti et Yaron Shani, 2010)

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Iphianassa
IphianassaParcours

AA.BBB

HebGalgal

FQ.LLO

YY_BG.CBJ

Rang = zQuois_Dentyar_Iphianassa
Genre = Pfem -