Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
La limite nous joue des tours                     La limite nous joue des tours
Sources (*) :              
Henri Atlan - "Les Etincelles de Hasard (tome 2 : Athéisme de l'Ecriture)", Ed : Seuil, 2003, p154

 

Limite du neant (Louise Tehanne, 2012) -

Le néant biblique, "Aïn", (Il n'y a pas), ne doit pas être compris comme un vide absolu, mais comme une négation à travers laquelle le fini peut s'ouvrir sur l'infini

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Qu'est-ce que le "je"? Certains mystiques le considèrent comme une illusion. C'est le cas des hassidim juifs, qui parlent de "bitoul hayech" (annulation du "il y a") pour désigner le dépassement de cette illusion. En hébreu, au mot "Yech" (il y a) s'oppose le mot "Aïn" (il n'y a pas); et l'on trouve dans la Cabale un jeu de mots pour opposer Aïn" à "Ani", qui s'écrit avec les mêmes lettres et veut dire "je".

Qu'est-ce donc que ce "Aïn" qu'on peut aussi prononcer "Eïn"? Selon Henri Atlan, il ne s'agit ni de vide ni d'inexistence. Ce n'est ni une annulation de la réalité, ni un rien où tout disparaîtrait. C'est une délimitation, une détermination. Toute existence et tout objet fini doit être délimité(e), spatialement et temporellement. C'est le signe de la négation, d'une expérience de clôture qui est celle du "je". Définir un objet, c'est le circonscrire, et aussi ouvrir à une dialectique du fini et de l'infini.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Atlan
ProLimite

XX.PAS

XX°yapas

Rang = XF
Genre = DET - DET