Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Sur des films                     Sur des films
             
Ozzy Gorgo - "L'écranophile", Ed : Galgal, 1988-2007, Page créée le 16 janvier 2005

 

-

Même morte et enterrée, une voix est toujours porteuse de désir (Pont des Arts, film d'Eugène Green, 2004)

   
   
   
                 
                       

logo

 

Pascal est un étudiant raté et Sarah une chanteuse non reconnue. Elle est martyrisée par un chef d'orchestre homosexuel, sadique et baroqueux qu'elle surnomme l'Innommable (ici s'intercale un numéro tragico-comique de Podalydès, et aussi une sorte de satyre des Arts Florissants). Double ratage qui les associe, mais ne les réunit pas. Une rencontre improbable, impossible, entre deux personnes qui n'avaient presque aucune raison de se croiser. Pascal s'intéressait-il à la musique? Non. Il y a juste ce disque offert par une ex-petite amie avec laquelle il n'avait strictement rien de commun. Ainsi en va-t-il du don : on ne sait jamais ce qu'il produit. Pascal ne croyait pas avoir la moindre raison de vivre. Il avait décidé d'en finir, mais sans aller jusqu'au bout. Grâce à quoi? A cette musique, à ce disque. Sarah, elle, est allée jusqu'au bout : elle s'est suicidée. Pourquoi échappe-t-il, lui et seulement lui, à la mort? Peut-être parce qu'il a eu le courage de ne pas se soumettre à un enseignement mortifère (c'est-à-dire une variété de silence, comme le recommande l'auteur qu'il est supposé étudier). Sa voix est restée vive. Au contraire sa voix à elle a été volée par l'Innommable, dématérialisée par Monteverdi, transfigurée, humiliée, mise en boîte, enregistrée, diffusée, etc... - multiples figures de la disparition.

Le désir de Sarah était plus dans le chant que dans la vie. Elle était incapable de s'intéresser à son petit ami Manuel, ingénieur en informatique, pourtant charmant et aimant. Elle était orientée ailleurs, vers quoi? Vers un lieu que l'Innommable lui fermait, et aussi portait d'une certaine façon. Contradiction intenable. Seul Pascal, prince charmant, pouvait lui ouvrir le chemin, mais elle ne le savait pas, et lui non plus.

---

Ce film est porteur d'un enseignement majeur sur la voix.

 

 

Il y a beaucoup d'artefacts dans ce film. L'histoire évidemment non croyable. La diction précieuse des acteurs, qui relève d'un théatre disparu. Et aussi le fait que Pascal et Sarah ne se rencontrent pas par l'intermédiaire de la voix vive, mais par l'intermédiaire d'un disque où elle chante Monteverdi. Il fallait que l'être de Sarah (son âme) se dégage. Bien que sa voix ne soit plus vive, bien qu'elle soit enregistrée, l'être y habitait encore. Un merveilleux génie pouvait la délivrer. La leçon à retenir est importante : quelles que soient les tortures qu'on lui inflige, quelle que soit la forme de ce qu'il en reste (comme dans l'histoire d'Echo), la voix est toujours et encore porteuse de désir. Nous aurions la capacité de rendre vive une voix morte et enterrée. A travers les millénaires, au-delà des distances, grâce à la lecture, ou bien à travers l'audition d'un disque, ou encore par le biais de cette autre extension de la voix qu'est Internet. Quelles que soient les circonstances, une voix pourrait toujours être ravivée, revivifiée.

Pascal a la capacité de faire revenir ce qui, dans une voix morte, était encore vivant.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Films
CinemaChrono

2004.GR.EEN

zm.Green.2004

Rang = YGreen
Genre = MH - NP