Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Être et vérité                     Être et vérité
Sources (*) : Lacan, la voix               Lacan, la voix
Jacques Lacan - "Sem I, Les écrits techniques de Freud", Ed : Seuil, 1953-54, p291 des Editions du Seuil, 30 juin 1954

 

Chapiteau (France, vers 1150) -

La voix est l'origine du temps

Tout ce que la voix humaine peut émettre est suspendu à l'attente d'une totalisation future, où se révélerait sa valeur de vérité

La voix est l'origine du temps
   
   
   
Une langue sans promesse? Une langue sans promesse?
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Le langage n'est concevable que comme un réseau, un filet sur l'ensemble des choses, sur la totalité du réel. Dans le savoir absolu de Hegel, la totalité du discours se fermerait sur elle-même dans une non-contradiction parfaite. Cet idéal est évidemment inaccessible. Le discours humain n'est pas unitaire. Il y a discordance entre différents systèmes symboliques (religieux, juridique, scientifique, politique). Pourtant, dès qu'il y a émission de parole, dès qu'il y a voix, il y a attente d'une totalisation future, comme si une valeur de vérité y était attachée.

Comment comprendre cela? La totalité n'est pas dans la voix, elle est dans le discours, dans la science qui se perfectionne, qui est conçue comme le progrès d'un seul système vers une langue bien faite, vers une langue propre. Le paradoxe est qu'une telle langue serait privée de toute référence à une voix.

---

Dès qu'il y a voix, il y a attente d'une vérité. La parole introduit dans le réel la dimension de vérité et l'attente de la révélation de l'être. Cette voix-là n'est pas la voix singulière, c'est la voix symbolique telle que Lacan l'a présentée dans ce même séminaire (schéma optique), telle aussi qu'elle se dit dans la fonction du surmoi. Une voix qui ne viserait qu'une totalité conduit à la science, cette langue supposée bien faite, tellement bien faite qu'en définitive elle conduit le discours à se priver de voix.

 

 

Il y a une tension. La voix présuppose la totalité du langage, mais la vérité (ou l'erreur, ou le mensonge) qui lui est attachée ne peut être que partielle.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Lacan
ProVerite

PR.OME

LacanVoix

TO.TAL

VoixTemps

HT.FUT

ProPromesse

EM.LIS

R.attente

Rang = L
Genre = MR - IB