Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Voix, signe                     Voix, signe
Sources (*) : Les signes résistent               Les signes résistent
Malavika Jibreel - "La transmigration des signes", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 16 mars 1996

 

-

[La voix flotte à distance du signe]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

logo

 

Si on rapproche le tableau de Victor Brauner "Eléonore et le vampire" (1942), et sa sculpture "Signe" (1942/45), on a la vision d'une voix qui flotte sous forme de serpent cabalistique, au-dessus d’un signe à forme de double visage au regard ouvert et fermé. Brauner expose cette théorie. Bien qu’il ne l’écrive pas, elle est solide et puissante grâce à l’image convaincante qu’il nous en a laissée. Le procédé est bizarre, unique dans le petit monde de la sémiologie : une théorie peinte, mise sur le papier avant d’avoir été présentée ou conçue sous forme discursive. Ce phénomène de foire existe. La preuve : je vous le montre.

Le “Signe” de Victor Brauner est un double visage dont les deux dimensions s’ignorent. Elles ne s’opposent pas comme le signifiant saussurien à son signifié. Elles ne sont pas séparées par une barre, mais par un creux. Elles se différencent comme les deux faces du visage quand celles-ci n’ont pas le même regard (ce qui est nécessaire pour une vision en relief). Pour Brauner, les deux versants du signe sont de même nature. Ils sont permutables. Il suffit qu’un oeil se ferme et que l’autre s’ouvre, ce qui peut arriver à chaque instant, pour que leurs fonctions s’échangent. Il se peut que la face aveugle s’appuie sur celle qui voit (comme dans Eléonore ou le vampire), ou l’inverse, (comme dans Mythotomie). Peu importe. Le signe est toujours double, et chaque face est toujours étrangère à elle-même.

Et de cela quelque chose résulte : une voix flottant comme un rêve au-dessus d’un regard qui semble endormi. Cette voix en forme de L majuscule serpente à une certaine distance qui paraît proche mais se lit comme infinie, ce que n’ignore pas le serpent (noué comme le signe "infini").

Il n’est pas indifférent que Victor Brauner ait inventé “Signe” en 1942, l’année-trou du 20ème siècle, l’année de son basculement dans l’ésotérisme et l’univers de la cire. A partir de là, il ne visait plus le réel ni le surréel, il visait le sens de ce qui n’a pas un sens : non pas le nazisme, mais l’objet.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Une voix flotte au-dessus de nos têtes

-

L'écriture et la peinture sont indissociables

-

Le sujet, dépossédé du mythe, se soumet au prestige de la Voix

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Malavika
BraunerSigne

AA.BBB

ProSigne

DU.HHU

KN_BraunerSigne

Rang = O
Genre = Pmasc -