Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Et il faut s'aventurer pour plus que la vie                     Et il faut s'aventurer pour plus que la vie
Sources (*) : Désactiver la loi du pire, une stratégie vaccinale               Désactiver la loi du pire, une stratégie vaccinale
Pierre Delain - "Pour une œuvrance à venir", Ed : Guilgal, 2011-2016, Page créée le 9 décembre 2016

[Et il faut laisser venir l'aporie pour y trouver le principe d'une sur-vie, d'un plus-que-la-vie]

   
   
   
                 
                       

Dans ses textes, Jacques Derrida marque souvent ses réserves à l'égard du vitalisme, qu'il rapproche du logocentrisme et de la métaphysique de la voix. Exalter la vie, au sens courant du mot, ce serait s'enfermer dans le cycle répétitif, idéalisant, de la vie et de la mort. Et pourtant dès les premières années, peut-être sous l'influence de Blanchot, un autre concept de vie émerge, qu'il écrit "sur-vie", avec un trait d'union entre le sur et la vie, ou "plus que la vie". Dans cette conception, le cycle entre la vie et la mort est brisé, la vie et la mort ne s'opposent plus. Dès le commencement, le "je" est une trace, il est déjà mort; et ce "je" ne disparaît pas à la fin, puisqu'il reste dans l'écriture. Le travail, commencé très jeune, de déconstruction des oppositions binaires, l'effort ininterrompu pour faire surgir des apories, ne conduisent pas à une destruction, ni même à une désintrication, mais à la multiplication des entrelacs, c'est-à-dire des œuvres. Il ne peut dire, d'un côté, Je suis mort, que parce que d'un autre côté, il dit aussi : Je sur-vis. S'il pouvait dire, sans mentir, Je suis mort quand il était vivant, et s'il peut dire, sans parler, Je sur-vis maintenant qu'il est mort, c'est par la grâce inouïe de l'œuvrance.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

[La mort est inéluctable mais n'empêche pas cette autre sur-vie qui en rajoute encore sur la vie, "plus que la vie"]

-

[L'oeuvre derridienne est déterminée par l'obligation de présenter toujours en priorité le principe aporétique]

-

[A la phrase : "Je suis mort", toujours déjà annoncée, Jacques Derrida ajoute l'écart d'une phrase supplémentaire : "Nous nous devons à la mort"]

Pour l'acqurir, cliquez

sur le livre

logo

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
   
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Delain
VieOeuvrer

AA.BBB

ArchiOeuvreDecons

QH.HPP

DQ_VieOeuvrer

Rang = OVieOeuvrer
Genre = Pmasc -