Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
L'image audiovisuelle au service de la voix                     L'image audiovisuelle au service de la voix
Sources (*) :              
Elfriede Eischenbeck - "Videoflux à ciel ouvert", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 24 juillet 1994

 

- -

La télévision est une merveilleuse machine qui semble abolir les distances

   
   
   
                 
                       

logo

Cliquer pour accéder à son texte

 

Toutes les distances sont concernées : temporelles, spatiales, sociales. Elles semblent se diluer jusqu'au moment où chacun s'égalise à chacun, directement, dans l'instant. Alors, il n'y aurait plus de temps, ni d'espace, ni de classes sociales. Nous serions tous les sujets d'une vision instantanée et identique pour tous. En ce point-là, point extrême de réduction totale de toutes les différences, point si irréel qu'il n'est même plus fantasmatique et en même temps réel car il est imposé par un dispositif technique dont jouissent (ou imaginent jouir) tous les téléspectateurs, en ce point, le simulacre est maximal, la tromperie atteint son acmé. Qu'y a-t-il en effet au fond du tube? Ou quoi? Rien d'autre que ces machines à faire croire que sont les voix.

 

 

Jacques Derrida montre que le direct est un simulacre, car il y a toujours un écart entre un présent supposé vrai, initial (et qui n'existe pas car il est lui-même construit) et ce qui est montré à la télé.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Elfriede
EVocalAudiovisuel

CB.TEL

W.télévisionGenre = MK - NG