Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Art, marché, évaluation, expertise                     Art, marché, évaluation, expertise
Sources (*) :              
Marcel Teghise - "La main invisible reste une main", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 10 janvier 2008

 

-

[Il n'y a pas et ne peut y avoir d'autonomie de l'art, car l'art est inséparable du discours qui l'évalue - histoire, expertise ou marché]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

logo

 

Le marché de l'art est né avec le concept d'art, et rien ne peut les séparer. Il y a toujours eu des commanditaires. Peu d'artistes pourraient vivre sans acheteurs, et même dans ce cas ils répondraient, consciemment ou inconsciemment, à des demandes. Une oeuvre qui ne serait pas légitimée par un discours, une parole d'expert susceptible de garantir sa valeur et d'engendrer un public, ne recevrait jamais le label "oeuvre d'art".

Avec la mondialisation, c'est tout l'art contemporain qui tend à devenir la simple expression de la loi du marché, avec ses magasins, ses systèmes de régulation et ses foires. Il n'y a plus aucune limite à la surenchère. Les Biennales en tous genres n'ont pas d'autre justification qu'une promotion généralisée, multipliant les stratégies parfois extrêmement subtiles pour que tout puisse se vendre, y compris en jouant du paradoxe, en rendant commercialisables des actions ou des performances dont l'argument de vente est leur invendabilité.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

La pornographie ou pornologie de l'oeuvre, c'est qu'on ne peut garantir sa valeur ou engendrer un public que dans l'acte même de la performance qui la légitime par du discours

-

L'art contemporain est devenu l'expression de la loi du marché

-

L'oeuvre étant détachée de tout référent, il n'existe aucune limite à la surenchère substitutive des marchés de l'art

-

On peut rattacher la performance à l'art conceptuel car, quoique visible, elle est intangible, ne laisse aucune trace et ne peut être ni achetée ni vendue

-

Dans la décoration des passages parisiens, l'art se met au service du marchand

-

Les Biennales d'art, ruines sublimes d'une modernité moribonde ou enjeux politiques, servent à promouvoir des pratiques artistiques pour les intégrer dans le marché

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Marcel
ArtMarche

AA.BBB

JM_ArtMarche

Rang = K
Genre = Pfem -