Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Le non - visible                     Le non - visible
Sources (*) : Montrer la voix comme telle               Montrer la voix comme telle

 

The singing Sculpture (Gil bert & George, 1970) -

Musique, plaisir religieux

L'idolâtrie moderne, c'est croire qu'on puisse donner la parole aux sculptures

Musique, plaisir religieux
   
   
   
La performance au bord de l'art La performance au bord de l'art
                 
                       

 

Transformés en pantins, les deux performers font semblant d'être à l'origine d’une voix qui provient en réalité d’un magnétophone caché sous la table. Ils se font passer pour des êtres humains plutôt quelconques faisant les gestes correspondant à l’acte de chanter, mais ils ne chantent pas, c'est du play back. Leur objectif n’est pas de nous faire croire qu’ils chantent (comme les vrais pantins-chanteurs de la télévision), il est exactement inverse, il est de nous faire comprendre la vérité : que le son n’est pas produit par eux mais par la machine, que leurs propres personnages ne sont que le prétexte de cette production sonore, bref qu’ils n’existent pas. Ils n’existent que dans la performance qui consiste à nous dire que, si ça parle, c’est ailleurs. Pour eux, la machine parlante est invisible. Ils en sont séparés par un vide lui-même caché sous la table. Ils n’ont aucune idée de l’endroit d’où ça peut venir. Pour nous, la situation est différente, car nous, nous voyons le magnétophone. Nous pensons que la voix provient du magnétophone, ce qui reste très imprécis car le magnétophone n’est qu’un instrument de reproduction. Avant le magnétophone, d’où est venue la voix? On n’en sait rien. Peut-être est-elle venue de ces personnages chantants qui en sont maintenant dépossédés. Quoiqu’il en soit, le corps émettant le son est séparé du son. La voix conserve sa substance (c’est même la seule substance qui reste), tandis que les corps, eux, l’ont perdue. Ils sont insubstantiels. Ce sont des ombres.

----

Cliquer ici pour voir une copie assez singulière de la performance (lien Youtube opérationnel le 12 novembre 2008).

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Images
ArtNonVisible

OK.LMM

IVocalVoixCommeTelle

PO.LMM

ProMusique

RO.MML

ArtPerformance

KS.HHF

zi.1969.GilbertAndGeorge.enRang = YQ
Genre = MK - NG