Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
La voix coupée du corps                     La voix coupée du corps
Sources (*) :              
Nina Messham - "Trop proche de la bouche", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 1er mars 2005

 

Bouche terrifiante (Nina Messham, 2010) -

La bouche féminine est l'origine verbale et terrifiante du monde

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

logo

 

La bouche féminine est castratrice au sens le plus banal : menaçante. Elle n’est qu’une bouche, et en même temps cette bouche est son unique organe, à la fois vulve, nombril, bras, jambe et sein nourricier. Cet organe est l’origine verbale et terrifiante du monde. Il fabrique le cri, il le pousse dehors et l’exhale. Il est l’angoisse hurlante et la terreur, il est ce qui nous englobe et nous rassure. Et tout cela n’a pas d’autre raison d’être que la voix, la voix comme arrachement et comme séparation.

Si la bouche féminine est sensuelle, ce n’est pas (seulement) parce qu’elle semble dissimuler dans le visage un second vagin encore plus séduisant que le premier, c’est (aussi) parce qu’elle est le siège de la voix. Or la voix ne porte le sens que parce qu’elle porte aussi la sensualité. La bouche étant privée de sens, il ne lui reste plus que le sensuel.

Ici les lèvres sont sur le point de couper quelque chose : soit ce qui sort de sa bouche (voix, souffle), soit ce qui y entre (air).

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Nina
VoixCoupure

HO.LII

zi.1975.Wesselmann.Tom

Rang = P
Genre = DET - DET