Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Psychè, étendue                     Psychè, étendue
Sources (*) : Derrida, la différance               Derrida, la différance
Jacques Derrida - "La voix et le phénomène", Ed : PUF, 1967, p10

 

Le rapt de Psyche (Pierre-Paul Prud'hon, 1808) -

Conscience, intentionalité

Le "parallélisme" de Husserl fait apparaître une différence radicale - qui ne sépare aucun vécu mais sans laquelle aucune autre différence n'aurait de chance d'apparaître comme telle

Conscience, intentionalité
   
   
   
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Chez Husserl, la vie empirique, mondaine, et la vie transcendantale, sont radicalement hétérogènes. Le rapport énigmatique qu'ils entretiennent entre eux passe par la vie - unique racine commune. De l'une à l'autre, à condition de neutraliser la totalité du monde dans son existence, on passe par la réduction phénoménologique (epokhè). Pour que la phénoménologie puisse opérer, il faut admettre :

- un recouvrement parfait (parallélisme) entre les deux types d'expérience [le psychisme pur, ou Psychè d'une part, avec son domaine immanent; et la conscience transcendantale d'autre part],

- que malgré ce recouvrement parfait, cette différence ne soit pas annulée. En effet, si elle l'était, c'est la phénoménologie elle-même qui serait détruite. Or aucun étant, aucun vécu, aucune signification ne sépare ces deux expériences. Rien ne les sépare, et pourtant il faut que cette distance invisible soit maintenue. Il n'y a aucune duplication ontologique, et pourtant il faut que les deux disciplines (toutes deux éidétiques) restent séparées - c'est la condition de la liberté.

Mon Je transcendantal est radicalement différent de mon Je naturel (ou moi psychique); et pourtant il n'est rien du plus, il ne s'en distingue pas, il n'est pas un autre pour lui. Cet ego absolu fixe des essences. Il suppose l'existence du monde et aussi de la psychè, mais il ne se confond pas avec elle. Sans le transcendantal et sans le langage, aucun monde n'apparaîtrait.

 

 

Psychè étendue, intacte, abandonnée par son père sur un rocher, emportée par Eros qu'elle ne voit pas mais dont elle sent la présence. Elle n'est plus un moi, mais pas encore ce papillon ailé qu'elle deviendra.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
PsycheEtendue

JJ.LJJ

DerridaDifferance

ZF.LFE

HusserlConscience

PF.LFF

T.leje

Rang = G
Genre = MR - iVoix