Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, la voix                     Derrida, la voix
Sources (*) : Le post - moderne est moderne               Le post - moderne est moderne
Jacques Derrida - "La voix et le phénomène", Ed : PUF, 1967, p117

 

Le Present (Rene Mag ritte, 1938) -

Après la fin du savoir absolu, il reste à faire résonner la voix pour suppléer l'éclat de la présence

   
   
   
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Cette formulation vient à la fin du texte La voix et le phénomène. Après avoir très techniquement et professionnellement fait surgir l'essence de la phénoménologie husserlienne [l'intuition de la présence à soi dans le présent vivant] (c'est-à-dire la philosophie commentée à travers ses vieux signes), Jacques Derrida change de plan. Le voici qui annonce. Quoi? Quel événement? Il faut bien qu'autre chose supplée à l'éclat de cette présence qui s'achève, et cette autre chose est toujours (encore) une voix. Laquelle? Quelle autre voix? Inouïe nous dit-il. Rien ne peut la suspendre [comme Husserl prétendait suspendre le monde pour faire venir la conscience], aucune intuition ou intention ne peut la faire comprendre. Il faut passer par un couloir, un labyrinthe mal éclairé, une galerie mal sonorisée, où la phonè ne se laisse plus entendre, où ce que nous désirons croire se dérobe, où aucune inscription déchiffrable ne limite l'errance. Ça ne veut rien dire se dit-on avec un peu de tristesse. C'est une annonce creuse, une promesse qui ne promet rien - ou [ce qui n'est guère plus rassurant] une promesse qui promet autre chose que cette promesse.

 

 

On retrouve les étranges objets sphériques posés près des serres de l'aigle dans d'autres tableaux (dont cette Annonciation). Ces objets sont incongrus. Ce ne sont ni des oeufs ni rien qui ait rapport à l'aigle. Aussi silencieux que l'aigle, ils ne nous disent rien. On a l'impression que, par opposition au titre donné au tableau, ils ont renoncé à la présence. Ce sont des voix mortes, éteintes, absentes, mystérieuses dans leur clôture sur elles-mêmes. Elles ne sont pas volubiles, elles n'ont pas d'éclat. Laissées par terre, personne ne les couve. On les a abandonnées comme des traces ou des marques. Et si on les ramassait?

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaVoix

VD.KOO

ProPostModerne

BR.HGO

U.Ctp

Rang = N
Genre = MJ - NA