Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
L'inconscient, la lettre                     L'inconscient, la lettre
Sources (*) :              
Jacques Lacan - "Ecrits", Ed : Seuil, 1966, p495, L'instance de la lettre dans l'inconscient

 

-

[Freud a découvert, dans l'inconscient, la structure du langage, dont le support matériel est la lettre]

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Le langage, avec sa structure, les traditions culturelles qu'il porte et les permutations qu'il permet, préexiste à la naissance du sujet. Celui-ci y est inscrit avant même qu'il ne parle, ne serait-ce que par son nom propre. Ce constat ainsi que l'expérience de la psychanalyse - qui découvre la structure du langage dans l'inconscient - justifie la place privilégiée de la linguistique dans le reclassement des sciences qui s'opère, selon Lacan, dans la France des années 1950 (il s'agit ici de la linguistique seule et non pas de la communication, de l'information ou de la sémiologie).

Pour formaliser le moment fondateur, constituant, de la linguistique, Lacan (s'inspirant de Ferdinand de Saussure) désigne le signe par un algorithme : S/s. S, au-dessus de la barre, est le signifiant, tandis que s, en-dessous de la barre est le signifié. Pour circuler de signifiant à signifiant et de signifiant à signifié, deux figures de style sont privilégiées : la métonymie et la métaphore. L'une désigne la fonction signifiante, et l'autre l'effet de signification.

Selon Lacan, tous les effets de vérité dans l'homme sont produits par la lettre. Dans les ouvrages fondateurs qui ont ouvert la route à l'inconscient (la Traumdeutung, la Psychopathologie de la vie quotidienne et le Trait d'esprit dans ses rapports avec l'inconscient), Freud montre que le rêve est un rébus dont les images ont valeur de signifiant. Ses mécanismes ne font pas appel à l'instinct, mais à l'écriture. Ce sont les mêmes que ceux qui opèrent dans le discours : transposition (Enstellung), condensation (Verdichtung) déplacement (Verschiebung), ces deux dernières renvoyant respectivement à la métaphore et la métonymie - sous la condition supplémentaire de figurabilité.

C'est dans la découverte de ces mécanismes signifiants que réside la révolution copernicienne de Freud, qui bouscule le cogito cartésien.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

L'algorithme saussurien du signe, formalisé S/s, est une pure fonction du signifiant (S), sous lequel glisse le signifié (s)

-

La fonction signifiante, métonymique, investit de désir le manque qu'elle installe dans la relation d'objet

-

L'effet de signification, métaphorique, se produit par franchissement de la barre, dans la substitution du signifiant au signifiant

-

Freud substitue au "Je pense donc je suis" de Descartes un autre positionnement du sujet : "Je pense où je ne suis pas, donc je suis où je ne pense pas"

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Lacan
LacanLettre

AA.BBB

EL_LacanLettre

Rang = OLettre
Genre = -