Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Prolifications d'un principe                     Prolifications d'un principe
Sources (*) :              
Pascual Pariselli - "L'avenir des spectres", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 19 avril 2005

 

Le spectre de Marc (Ouzza Kelin, 2013) -

Le spectre de J.D. hante le loft

   
   
   
                 
                       

logo

Cliquer pour accÚder Ó son texte

 

(Danel) Je n'avais pas vu le spectre depuis longtemps. Je n'y pensais presque plus. Je me souvenais qu'il m'avait parlé de Bertille, mais il n'avait rien dit de spécial, en tous cas je ne me rappelais de rien. C'est alors qu'il est revenu en rêve, quelque part entre la chambre de la date, le grenier et le vestibule. Il n'était pas très grand, peut-être la taille d'un timbre poste, mais sa force d'attraction était insupportable.

Le spectre de Marc R., planant au-dessus de celui de Jacques D.

 

 

- LE SPECTRE : Danel, il faudrait que tu passes à l'acte.

- D. : Qu'est-ce que tu veux que je fasse?

- LE SPECTRE : Bertille a cru que la musique la sauverait, mais elle s'est enfermée dans une pure position vocale. Elle s'en sortira pas sans toi.

- D. : Je n'ai jamais hérité de rien, je n'ai jamais rien possédé, et je n'ai jamais rien transmis.

- LE SPECTRE : Justement.

- D. : Quoi, justement?

- LE SPECTRE : Tu es comme un messie.

- D. : Pourquoi est-ce que tu parles du messie?

- LE SPECTRE : Je n'ai pas dit que tu l'étais, j'ai dit que tu étais comme un messie.

- D. : J'ai toujours fui mes enfants. Ils me terrorisaient, et Bertille ne déroge pas à la règle.

- LE SPECTRE : Tu ne peux pas choisir à sa place.

- D. : Ah vraiment! Alors pourquoi est-ce que tu fais pression sur moi?

- LE SPECTRE : Tu ne peux pas la guérir de ses angoisses, mais tu peux la délivrer de ta terreur à toi.

- D. : Tu veux me culpabiliser, mais ça ne sert à rien, je porte déjà le fardeau maximum.

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Pascual
FDVParcours

UO.LUO

ZY_BO.XBJ

Rang = R
Genre = DET - DET