Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Le schibboleth de Jacques Derrida                     Le schibboleth de Jacques Derrida
Sources (*) :              
Sergueï Dmytryk - "La beauté de la lettre", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 11 juin 2005

 

Le meurtre d'Abel (Jan van Eyck, 1426-32) -

Dans le récit biblique des Ephraïmites, Schibboleth est le signifiant de la différence fraternelle

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

logo

 

Résumé de l'histoire racontée dans le chapitre 12 des Juges : Le pays de Galaad était partagé entre deux tribus descendant des deux fils de Joseph, Ephraïm et Menassé. Les Ammonites envahissent ce pays. Jephté était l'un des fils de Guilad [lui-même fils de Menassé, Guilad est le nom éponyme du pays de Galaad] et d'une prostituée. Ses frères l'avaient écarté parce qu'il était descendant d'une étrangère. Il était devenu une sorte de brigand dans le pays de Tob - mais c'était un juste. Les sages viennent le chercher et lui proposent la royauté s'il bat les Ammonites. Il traverse Galaad et Menasse (Juges 11.28) [il ne traverse donc pas Ephraïm] et bat les Ammonites. Il fait le voeu de sacrifier la première personne qu'il rencontrera et tombe sur sa fille, qu'il tue ou qu'il met à l'écart [Curieuse analogie avec le mythe grec du sacrifice d'Iphigénie]. (Avant de mourir, elle pleure sa virginité; et jusqu'à aujourdh'ui, on la pleure). Les Ephraïmites sont mécontents parce qu'ils n'ont pas eu leur part de butin lors de la victoire de Jephté sur les Ammonites. Ils veulent brûler la maison de Jephté. Les deux tribus cousines se combattent. Jephté triomphe encore. Les hommes de la tribu d'Ephraïm, défaits, veulent battre en retraite, mais Jephté les arrête. Alors intervient le célèbre épisode du schibboleth (Juges 12.5-6). "Galaad occupa les gués du Jourdain pour couper la retraite à Ephraïm; et lorsqu'un fuyard d'Ephraïm disait : "Laissez-moi passer", les gens de Galaad lui demandaient : "Es-tu d'Ephraïm?" Que s'il disait : "Non", on lui disait : "Prononce donc Schibboleth!" Il prononçait Sibboleth, ne pouvant l'articuler correctement; sur quoi on le saisissait et on le tuait près des gués du Jourdain. Il périt, en cette occurrence, quarante-deux mille hommes d'Ephraïm".

Excessive brutalité fraternelle. Massacrer 42.000 hommes pour une histoire de butin! mais l'important n'est pas là - ce chiffre est symbolique. L'important est que ces deux tribus soeurs se distinguent par un simple trait en lui-même dépourvu de sens : la façon de prononcer.

 

 

Chibolet (français) ou shibolet (anglais), ou schiboleth, ou schibboleth (comme choisit de l'écrire Jacques Derrida, à l'allemande, à la suite de Paul Celan), cette multiplicité de graphies possibles, parmi lesquelles le sibolet défectueux n'est pas compté, a son corrélat dans la multiplicité des interprétations qu'on peut donner à ce passage biblique :

- en hébreu, la langue d'origine, le mot schibboleth signifie fleuve, ou rivière, ou épi de blé, ou ramille d'olivier, mais son sens ne compte pas dans l'histoire. C'est une marque insignifiante, différentielle, un signal d'appartenance.

- qu'une légère différence d'accent puisse suffire à différencier des populations si proches montre les ravages de la norme. Tous doivent suivre Jephté au combat et tous doivent parler de la même manière, sinon! c'est l'exclusion qui anticipe le racisme moderne.

- le pouvoir politique, dans sa souveraineté, peut décider de la vie et de la mort, en s'appuyant sur une base linguistique. Etrange et inquiétante analogie de structure entre le droit et le langage : à une prononciation interdite correspond une exclusion sociale.

- chibolet est un mot-limite, un mot imprononçable, un mot intraduisible, un mot où bute toute valeur différentielle.

- les deux fils de Joseph, Ephraïm et Menassé ont remplacé Lévi (les prêtres) et leur père Joseph dans la liste des 12 tribus. Aucun des deux n'a transmis les qualités de son père. Est-ce le prix à payer pour l'exil de Joseph? Ils sont restés à la fois proches et ennemis, comme tous les frères. Une sorte de paradigme de la différence fraternelle : s'entre-tuer pour presque rien.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Serguei
DerridaSchibboleth

XE.LEC

XSchibboleth

Rang = XE
Genre = MR - IA