Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, le judaïsme                     Derrida, le judaïsme
Sources (*) : Derrida, eschatologie, messianique               Derrida, eschatologie, messianique
Jacques Derrida - "Abraham, l'autre", Ed : In "Judéités" (Galilée), 2003, p21

 

Juif algerien (Carte postale, 1906) -

Derrida, responsabilité(s)

"Je suis le dernier des Juifs" : le plus indigne par son déracinement, et aussi le plus Juif, car le seul survivant qui puisse sauver la responsabilité devant l'élection

Derrida, responsabilité(s)
   
   
   
               
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Cette formulation de Jacques Derrida, "Je suis le dernier des Juifs" [avec une majuscule], est reprise des carnets de 1976, non publiés mais cités dans Circonfession (1990). En septembre 1991, elle est rappelée dans une interview donnée à Elisabeth Weber, et enfin reprise le 3 décembre 2000 à l'occasion du colloque Judéités, qui s'est tenu au Centre communautaire de Paris. Elle est donc constamment réaffirmée sur plusieurs décennies.

S'il est le dernier des juifs, c'est

- peut-être d'abord par sa famille. Marié avec une non-juive, n'ayant pas fait circoncire ses fils, il est le dernier de sa lignée.

- il a toujours été en rupture avec le local, le familial, le communautaire, le national. Il a désavoué ou semblé trahir, parjurer les dogmes du judaïsme, ce qui fait de lui le plus indigne. Mais inversement cette rupture même le rend "authentique", car il accepte le déracinement. Dernier survivant, il est aussi le plus juif de tous.

- en tant que dernier (et seul) survivant [selon lui], il assume l'héritage des générations. Il prend à son compte une exigence démesurée : une responsabilité universelle, sans limite, inconditionnelle, un appel à une justice excédant le droit, dans le prolongement de l'alliance d'Abraham.

- dernier des Juifs, c'est aussi celui qui habite ce qui reste du judaïsme. Le dernier des eschatologistes maintient l'avenir ouvert. S'il annonce la fin du judaïsme, c'est pour en fonder un autre, qui ne serait plus le même.

Tout se passe "comme si" le moins pouvait le plus (il insiste sur le "comme si") : moins tu te montreras juif, plus tu le seras (c'est la formule du marrane).

Le dernier des juifs peut être le pire des juifs, mais aussi celui qui garantit la série. Exclu-inclu, dehors-dedans, il n'appartient pas de fait à la culture juive, il est au bord de la série et la débordant.

 

 

Cette phrase, "Je suis le dernier des Juifs", Jacques Derrida la signe, et en même temps il la raille (UTD p101). Il faut la mettre entre guillemets. C'est la phrase ironique de celui qui s'écoute parler, un stéréotype, une déclaration outrancière. En la citant et en la recitant, il met en scène la raillerie, il rit et il pleure aussi. Sous un certain angle où l'écriture est mise en abyme, on peut la prendre au sérieux.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaJuifs

EK.KLL

DerridaMessie

VO.LVI

DerridaResponsabilite

VR.LLR

VJuifsDernier

Rang = M
Genre = MR - NP