Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, Artaud                     Derrida, Artaud
Sources (*) : La chair, la voix               La chair, la voix
Jacques Derrida - "L'écriture et la différence", Ed : Seuil, 1967, p273-281

 

La voix et le salut (Tjara Omshak, 2010) -

Le "faire œuvre" ambigu d'Antonin Artaud

Au nom de la souveraineté de la parole et du corps, Artaud cherche un salut par la destruction de l'oeuvre - mais c'est un salut onto-scato-théologique

Le "faire œuvre" ambigu d'Antonin Artaud
   
   
   
La voix d'Artaud ébranle l'art La voix d'Artaud ébranle l'art
               
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Artaud ne renonce pas au salut, mais le voit dans le corps : "C'est l'état de mon corps qui fera le Jugement Dernier". Seule la chair vive peut le maintenir debout, dans son intégrité. Il défend cette position plus radicalement que Nietzsche et Hölderlin qui, malgré tout, sauvent la lettre. Lui veut la détruire, et avec elle la métaphore et la poésie. Cependant il reste classique. Il n'interroge jamais la sécurité grammaticale, l'"être-debout de la lettre". Sans oeuvre, sans langue, sans parole, sans esprit, sans métaphore, il veut se tenir droit [être-debout-hors-de-soi-dans-l'oeuvre-volée" écrit Derrida p276]. S'il déclare la mort de Dieu, c'est pour réveiller le divin, assurer le salut, et s'il se déclare en quête d'une vie sans différence, c'est pour devenir Dieu lui-même. Pour détruire l'œuvre, il faut se laisser souiller par elle. Bien qu'elle pointe au-delà de l'homme, cette souillure reste la faculté de l'humain.

D'où vient l'obsession chez lui de l'excrément, de la merde, de l'analité? Le défécation est une séparation, c'est un vol. Il aurait voulu ne jamais naître, en rester avant la naissance. Tout ce qui sort, se détache (l'oeuvre) a quelque chose de fécal. Un corps sans oeuvre ne chierait pas; mais l'homme chie, il produit des excréments. Sa posture est à la fois onto-théologique et scato-théologique" (Derrida pp275-276) : l'être est toujours coupable, infecté, abject. Il faut l'injurier, le dénoncer. C'est ainsi qu'Artaud produit l'oeuvre, et la détruit dans le même mouvement.

 

 

Le théatre de la cruauté ne peut pas dériver d'un texte pré-établi (ce serait une superstition). Artaud assimile le corps articulé, différencié en organes, au langage articulé. Pour se protéger de l'irruption de l'étranger dans son corps, il refuse que le théâtre soit la traduction des mots et du texte de l'auteur. Il faut, pour réveiller le Divin, refuser la métaphore, la tuer, rendre à la chair sa souveraineté, ce qui implique un art total (sans différenciation organique) dont le metteur en scène soit le seul maître ou le seul acteur, émancipé de l'esclavage du texte.

- Il ne faut pas confondre la destruction de l'œuvre et l'absence d'œuvre. Pour détruire une œuvre, il faut de l'œuvre à détruire, il faut œuvrer, il faut faire de l'œuvre. Artaud n'a jamais échappé à cette contradiction : dans la période où il n'œuvrait pas (Rodez), il ne pouvait rien détruire, et il souffrait d'autant plus.

- Il ne faut pas non plus confondre la destruction de l'œuvre et le désœuvrement. Se désœuvrer, c'est lâcher l'œuvre, la laisser œuvrer elle-même, lui donner la plus grande dignité. C'est donner la priorité à l'œuvre sur le moi, chose qu'Artaud n'aurait jamais supportée.

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Guilgal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaArtaud

DL.OLL

ProChair

WA.RTA

ArtaudOeuvre

IS.LLO

ArtaudVoix

FS.LSS

WArtaudSansOeuvre

Rang = N
Genre = DET - DET