Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, la trace                     Derrida, la trace
Sources (*) : Derrida, l'écriture               Derrida, l'écriture
Jacques Derrida - "De la grammatologie", Ed : Minuit, 1967, p109

 

Racine commune -

Derrida, la parole

N'étant jamais présente, n'étant rien, la trace, racine commune de la parole et de l'écriture, est inaccessible au savoir ou à la science

Derrida, la parole
   
   
   
Oeuvre, trace Oeuvre, trace
Derrida, le rien, khôra               Derrida, le rien, khôra  
Derrida, l'université                     Derrida, l'université    

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Une "science de l'écriture" (ou grammatologie) devrait se poser la question : Quand l'écriture commence-t-elle? Elle le ferait en prenant les notions d'écriture et d'histoire au sens courant, comme le font à peu près tous les archéologues et préhistoriens qui s'intéressent à cette question. Mais Jacques Derrida prend le problème autrement. Selon lui, on ne peut pas appréhender la trace, qui est la racine commune de l'écriture et de la parole, à l'intérieur des normes traditionnelles de la scientificité, car elle n'est jamais présente. Il est impossible de savoir quand commence l'écriture, car ce commencement n'est pas accessible à l'onto-phénoménologie courante, qui transporte avec elle une métaphysique de la présence.

Avant de poser la question d'origine, il faudrait s'interroger sur la question elle-même, l'archi-question "Qu'est-ce?". Quelle est l'essence de la trace? On ne peut opérer que sur des exemples. La trace n'a pas d'origine, car il n'y en a pas. On ne peut pas s'appuyer sur une science positive, mais sur des concepts : le gramme, le mouvement de la différance.

 

 

On peut s'interroger sur le syntagme "racine commune", utilisé p109 et critiqué quelques pages plus loin (p142). On retrouve ce syntagme dans d'autres textes, par exemple Positions (p17) ou La Voix et le phénomène (p75)) : "Cette racine commune, qui n'est pas une racine mais le dérobement de l'origine et qui n'est pas commune parce qu'elle ne revient au même qu'avec l'insistance si peu monotone de la différence (...)". S'il n'y a pas d'origine, il n'y a pas de racine ni de "racine commune". Ce n'est qu'une facilité de langage.

- Ksa : S'il y a archi-trace au sens de Derrida, c'est justement parce qu'il n'y a pas de racine commune.

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaTrace

FB.JKK

DerridaEcriture

EB.JGG

DerridaParole

CP.RAO

ArchiOeuvreTrace

CR.LRD

DerridaRien

FT.LET

DerridaUniversite

NG.LLG

UTrace

Rang = O
Genre = MK - NG