Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Le sensible au coeur de l'art                     Le sensible au coeur de l'art
Sources (*) : Sur le Contemporain               Sur le Contemporain
Manuelle Astorba - "La contamination des corps", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 22 septembre 2005

 

-

[Le sensible, qui reste au coeur de l'art, se cherche de nouvelles voies]

   
   
   
                 
                       

logo

Cliquer pour accder son texte

 

L'art a toujours été sensible; c'est même ainsi qu'on l'a baptisé au 18ème siècle, esthétique. Vers le milieu du 19ème siècle, après une longue période de domination de la peinture discursive ou descriptive, la sensation est revenue au coeur de l'art. On s'est intéressé à sa matérialité, on a voulu affronter son altérité. Cézanne a mis son intelligence au service de sa sensibilité. Les premiers artistes abstraits n'étaient pas conceptuels, au contraire, ils voulaient étendre le plaisir esthésique par l'arabesque, la couleur et la forme.

L'art dispose à présent de moyens techniques inégalés, beaucoup plus diversifiés que le dessin ou la couleur, mais il semble se heurter à une inhibition croissante. Plus on fait appel aux sensations, moins le spectateur les ressent. Il reproche aux oeuvres leur caractère intellectuel, mais il intellectualise lui aussi. Souvent, on passe devant une oeuvre aux couleurs vives ou une installation provoquante en les remarquant à peine. C'est comme si nous étions immunisés. Certains artistes cherchent à compenser cette inhibition par des images violentes ou pathétiques. La sensiblité doit trouver un autre chemin dans l'art.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

L'art contemporain subit l'attraction/répulsion d'un trou esthésique

-

Il faut que le droit au plaisir soit visible

-

Le plaisir de l'arabesque tient à une mise en jeu empathique et mimétique des mouvements corporels

-

Il s'agit, dans l'art, d'affronter l'altérité de la matière sensible comme immatérialité

-

En concevant l'oeuvre par son intelligence organisatrice, en la composant avec justesse, l'artiste révèle et objective sa sensibilité

-

A la surface de la perspective immédiate, plus rien n'accroche le regard ni l'oreille, il n'y a plus de sujet

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Manuelle
IVocalEsthesie

AA.BBB

PlanSite

OK.LOK

KU_IVocalEsthesie

Rang = N
Genre = -