Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
L'appel s'adresse à l'inconnu                     L'appel s'adresse à l'inconnu
Sources (*) :              
Alain Didier-Weill, "Les trois temps de la loi", Ed : Seuil, 1995, p151

 

Mon pere (Simon Frantisek, 1898) -

Tout père réel ne peut qu'être saisi d'une crainte quand il a à répondre à l'appel du signifiant du Nom-du-Père

   
   
   
                 
                       

logo

 

Le signifiant du Nom-Père n'est pas dans l'inconscient (ce n'est pas un signifiant refoulé). Il dépend de l'intervention d'un autre, d'un tiers. Pour être transmissible, il doit passer par la réelle altérité de l'Autre. C'est pourquoi on ne rit pas d'un mot d'esprit qu'on a fait soi-même; on ne jouit pas de sa propre voix chantée. Il faut l'altérité transmise d'une autre voix. Ce signifiant est le quatrième par rapport à la triade lacanienne réel / symbolique / imaginaire (RSI).

Lorsque le père réel a à répondre de cet appel, il ne peut que trembler. Cette crainte est la traduction subjective du signifiant sidérant.

La dimension de la "crainte de dieu" retient particulièrement Lacan. Elle est porteuse de la fonction du point de capiton qui fait défaut aux psychotiques (et qui deviendra ultérieurement noeud borroméen).

L'Un-Père est la part du sujet (prophétique-poétique) qui entend l'appel du signifiant du nom-du-père.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

DidierWeill
VoixAppel

PE.RRR

UPèreNdP

Rang = RPereNdp
Genre = MR - IA