Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Sur la Cabale                     Sur la Cabale
Sources (*) : L'hébreu vient d'au - delà du fleuve               L'hébreu vient d'au - delà du fleuve
Sergueï Dmytryk - "La beauté de la lettre", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 9 octobre 2005

 

-

[La Cabale est de tous les temps, y compris les temps actuels]

Autres renvois :
   

La Cabale cachée de Jacques Derrida

   

Sur le retrait

   

Derrida, retrait, effacement

Tora, talmud

                 
                       

logo

Cliquer pour accder son texte

 

A cheval entre la philosophie et le commentaire biblique, la Cabale n'a jamais cessé d'avoir un impact sur nos contemporains. Nous la pratiquons avec d'autres grilles de lecture, sans perdre de vue les quatre niveaux d'interprétation, en nous appuyant sur les maîtres les plus récents, de Gershom Scholem à Moshé Idel, du regretté Charles Mopsik (traducteur du Zohar) à Benjamin Gross, en passant par Marc-Alain Ouaknin ou même Hannah Arendt ou Jacques Derrida [si l'on admet qu'il puissent avoir eu tous deux, notamment le second, leur Cabale cachée].

Probablement née quelque part entre l'Espagne et la France méridionale sur la base de sources beaucoup plus anciennes mais indéterminées, partant du quiproquo initial ou du retrait d'un simple point, elle a fait surgir les sefirot du néant. Elle a soutenu que par le simple fait de vocaliser les 22 lettres de l'alphabet hébraïque (sauf l'aleph imprononçable), de les compter (guématria) et de les combiner, pouvait nous élever à la création. Avec presque mille ans d'avance, elle a inauguré la proposition post-moderne selon laquelle le texte est son propre auteur. Elle a fait espérer le salut et le dévoilement (galgal) - sans grand succès.

De manière étrange, elle est devenue le coeur et l'essence de la tradition juive.

Au 13ème siècle, Abraham Aboulafia était persuadué que, par la déconstruction des mots et la permutation des lettres (tserouf), il deviendrait prophète ou messie.

Au 16ème siècle, Isaac Louria y a introduit trois innovations majeures, qui sont aussi trois moments de la création : le retrait (tsimtsoum), la brisure des vases (chevirat hakelim), la réparation (tiqoun). Un temps de concentration pour laisser place à autrui, un temps d'éparpillement et un temps d'unification. Ce système n'est pas dialectique. Il ne vise ni la cohérence, ni l'harmonie. Dès le début, un reste (rechimou) le perturbe, et ce reste est inéliminable.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Le Zohar commence par un quiproquo : Ce qui s'expose au questionnement, est-ce un Qui? ou un Quoi?

-

[La Cabale lourianique distingue trois moments dans la création : Tsimtsoum (retrait), Chevirat hakelim (brisure des vases), Tiqoun (réparation)]

-

[Le Tsimtsoum est le modèle de l'être en mouvement, sortant du principe d'identité pour laisser place à l'altérité d'autrui et l'altérité de soi]

-

Tsimtsoum signifie originellement "concentration" ou "contraction", mais il est mieux traduit par "retraite" ou "solitude"

-

[Dans la Cabale de Louria, la brisure des vases (Chevirat hakelim) est le temps d'exil auquel il faut répondre]

-

La brisure des vases tient à la nécessité de donner une existence séparée au pouvoir du mal en l'éparpillant dans les klipot

-

[L'histoire humaine est tiqoun : réparation de la création inachevée]

-

Un Rechimou, résidu de lumière divine, reste dans l'espace dont dieu s'est retiré

-

[On ne sait pas si la voix hébraïque est toujours audible]

-

La Cabale fusionne l'auteur (Dieu) et le livre (la tora), tandis que Derrida résorbe l'auteur dans le texte, lui conférant son infinité

-

[Sur les lettres hébraïques]

-

Pour Aboulafia, la logique du tserouf est supérieure à toutes les autres logiques

-

Le tserouf d'Aboulafia (mystique de la permutation des lettres) repose sur une logique messianique de la déconstruction

-

[Cabale, les sefirot]

-

[Il y a quatre méthodes (ou niveaux) d'étude de la tora, comme les quatre lettres du pardès]

-

L'essence de la tradition juive est constituée par la Cabale

-

Isaac Louria (1534-1572) croyait être le messie, fils de Joseph

-

[Sur le Aleph]

-

Le Zohar, tome 1 (traduit par Charles Mopsik, 1981), suivi du Midrach ha neelam [Zohar1]

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Serguei
CabCheminements

AA.BBB

JudCheminements

XY.JHL

GY_CabCheminements

Rang = zQuois_Cabale
Genre = -