Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Rachel, épouse de Jacob                     Rachel, épouse de Jacob
Sources (*) : Pleurs, larmes               Pleurs, larmes
Benjamin Gross - "Le messianisme juif dans la pensée du Maharal de Prague", Ed : Albin Michel, 1994, p223

 

Maria P. (Stanislaw Ignacy Witkiewicz) -

Rachel est la force unificatrice qui, enterrée sur la route de l'exil, pleure pour que soit restaurée la présence à partir du néant

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Pourquoi Rachel n'est-elle pas enterrée dans le caveau de Makhpela, mais sur la route de l'exil? Pour accompagner ses enfants sur cette route. Elle pleure, inconsolée, car ils ne sont plus. "Ils reviendront du pays de l'ennemi, ils reviendront vers leurs frontières", dit Jérémie (Jer 21.14-16).

Dans les larmes jaillit l'espoir, dans l'anéantissement s'engouffre la réparation.

Enterrée sur la route de l'exil (galout), Rachel représente le néant. Selon le Maharal, c'est à partir de là qu'on peut reconstruire. De même c'est à partir de la destruction du temple qu'on peut penser la rédemption, gueoula.

En Rachel se recueille l'intériorité, l'essence de la nation. Elle unifie et rassemble. Elle accorde les membres de la famille en vue de la construction d'un monde humain.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Gross
HebRachel

FO.RCE

ProPleurs

XR.LLR

XRachel

Rang = XRachel
Genre = MR - IB