Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Philosopher, jouir de la langue                     Philosopher, jouir de la langue
             
Henri Géride - "Philosopher à corps perdu", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 16 octobre 2005

 

-

Jouir, une seule fois, cela vaut l'attente de toute une vie et la destruction de toutes les barrières

   
   
   
                 
                       

logo

 

Tel pourrait être l'énoncé de la morale du film de Patrice Chéreau, Gabrielle. Toute la vie de cette femme se concentre en un seul acte, celui d'une lettre envoyée à son mari, une lettre de rupture. Je te quitte définitivement. Elle reviendra sur ses pas quelques heures plus tard, mais elle n'aura pas menti, la rupture sera consommée, absolue, radicale, définitive, irréversible, sans compromis, à la façon d'Antigone. L'important est que cette rupture soit une jouissance. Il y a une part de vengeance sadique, de haine, de volonté de nuire, de désir de destruction, d'expression de mépris. Il y aussi une part d'affirmation nihiliste de soi. Mais rien de tout ça ne serait justifié s'il n'y avait pas de jouissance. Cette lettre et tout le film montrent la primauté absolue de la jouissance sur toute autre considération, y compris sur l'amour, car s'ils voulaient s'aimer, ils le pourraient.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Henri
InsuJouissance

YJ.UNE

T.unique

Rang = N
Genre = MH - NP