Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Derrida, la présence                     Derrida, la présence
Sources (*) :              
Jacques Derrida - "De la grammatologie", Ed : Minuit, 1967, p237-8

 

- -

L'extériorité simple est une matrice qui exclut le supplément en le déterminant comme pure addition : structure qui vient s'ajouter à la présence pleine

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

L'extériorité "simple" (qui s'oppose à une autre extériorité, celle du supplément irréductible) est une structure formée de valeurs opposées : nature/culture, mal/innocence, histoire/origine, absent/présent, maîtrise/servitude, liberté/non liberté, etc.... Ces oppositions forment système. Elles s'ajoutent les unes aux autres, effaçant la trace : la parole s'ajoute à la présence; l'écriture s'ajoute à la parole vive; la culture à la nature, etc.... C'est le monde extérieur, celui de la métaphysique, qui se construit dans un processus logique d'exclusion du supplément, de ce mouvement actif, impossible à refermer, immaîtrisable, qui n'est pas additif mais productif car il est un autre nom de la différance. Par quoi cette exclusion est-elle portée? Par le désir. Pour Derrida, le désir désire l'extériorité, car tout désir est un désir de présence. Dans cette extériorité dite "simple" se rassemblent l'historique (le politique, l'économique, le technique) et le métaphysique.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
VoixPresence

KM.IIU

T.extint

Rang = L
Genre = MK - NG