Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Ah, l'art? Que des apories!                     Ah, l'art? Que des apories!
Sources (*) :              
Franz Rosenzweig - "L'étoile de la rédemption", Ed : Seuil, 2003, p122

 

Personnage feminin (Paula Modersohn-Becker) -

Face à l'oeuvre d'art, le spectateur est un Soi totalement solitaire et singulier, enfermé en lui-même

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Pour que l'art devienne une réalité, il faut qu'un pont soit jeté entre l'artiste (l'auteur vivant de l'oeuvre) et le spectateur. D'où vient ce pont? Du fond de l'oeuvre d'art qui n'est pas le monde, mais le Soi singulier, c'est-à-dire l'humain. Le Soi singulier est cette part de l'homme qui est condamnée au silence et qui pourtant est immédiatement comprise. La crainte et la compassion s'éveillent en son for interne. Elles font de lui un Soi. Mais tout reste muet. Chacun reste pour soi. Bien qu'en chacun résonne le même son, le sentiment du Soi propre [Selbst], il ne surgit aucune communauté.

Le pont ne mène pas d'homme à homme, mais de Soi à Soi, d'un silence à l'autre silence, d'âme à âme. Bien que rien ne vienne briser ce silence, la connexion est vivante. Chacun éprouve en lui-même le plus intime de l'autre. Chacun comprend sans le moindre mot ce langage de l'informulable et se convertit vers sa propre intériorité.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Rosenzweig
ArtQuid

PS.SIL

W.art

Rang = M
Genre = MR - IB