Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
                   
Sources (*) :              
Franz Rosenzweig - "L'étoile de la rédemption", Ed : Seuil, 2003, p97

 

Portrait de V.D. Ratov (Ilya Repine, 1910) -

En faisant du "Je" la chose la plus problématique, Kant a inauguré une philosophie négative, de même qu'il y a une théologie négative et une cosmologie négative

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Théologie négative : Nous ne savons rien de Dieu. Cosmologie négative : Nous ne savons rien du monde. Philosophie négative : Nous ne savons rien de l'homme. Pour Kant, le "Je" est le problème par excellence. Le "Je connaissant" n'est connaissable que dans sa relation au connaître, et non pas en soi-même. Même la moralité du "Je qui veut", celui de la volonté, lui demeure cachée. Cette "psychologie négative" kantienne a donné à penser à tout le 19ème siècle.

On ne peut démontrer ni l'homme, ni le monde, ni Dieu. Avec ces révolutions coperniciennes, rien dans le savoir ne reste dans la simplicité et la clarté; toute croyance repose sur un fondement absurde (Credo quia absurdum).

Qu'est-ce que l'essence de l'homme? C'est qu'il est mortel, éphémère. Cet éphémère est étranger à Dieu (qui est immortel, inconditionné) et aussi au monde (qui est universel, nécessaire). L'humain est dans le particulier, avant le savoir et aussi après : "Je suis encore là" dit-il au savoir universel. C'est une entité finie et cependant illimitée.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Rosenzweig

WKant

Rang = QKantLeje
Genre = MR - IA