Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Web : un savoir inappropriable                     Web : un savoir inappropriable
Sources (*) : Désencrypter l'Internet               Désencrypter l'Internet
Shutong Quo - "D'un pro-gramme dont l'avenir est le gramme", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 23 octobre 2005

 

Dictionnaire encyclopedique Brockhaus & Efron (Russie, vers 1900) -

Le web dissémine l'écrit

Internet marquera dans la transmission du savoir une rupture analogue à celle du passage de l'oral à l'écrit

Le web dissémine l'écrit
   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

logo

 

Le savoir n'est qu'un effet de sens. Il ne vaut que par sa réception subjective, c'est-à-dire par la parole. Tout savoir est marqué par l'altérité (par essence, il est incompréhensible). Il n'est jamais plein, jamais totalement appropriable. Sa réception est toujours à refaire. Toutes sortes d'obstacles empêchent sa circulation : cognitifs (opacité structurelle), temporels (temps d'attente, lags). L'Internet ne réduit pas les obstacles, mais en ajoute qui lui sont propres : protocoles informatiques dont on ignore tout, dispositifs contraignants. Il est si vaste qu'il est inorganisable, incontrôlable. Il dépend de procédures de visualisation qui l'appauvrissent, et de procédures de sécurité qui l'opacifient (identités électroniques, passeports, cryptage, antivirus, antispam, maîtrise de l'utilisation, destruction des traces...). Dans un sens il introduit de nouvelles pratiques intellectuelles, mais dans un autre sens il ne fait que prolonger les anciennes.

--

Le thème du savoir sur l'Internet est propice aux fantasmes : on l'imagine diffusé universellement, gratuitement, partagé, collectif (un hypercortex démocratique et communautaire, nouvelle étape de l'hominisation), continu, immanent, intemporel et dynamique, mouvant, vivant, interactif, interdisciplinaire et déterritorialisé, virtuellement sans limite, nomade, réticulaire, déhiérarchisé, auto-organisé, amplifiant sans cesse ses capacités de collecte et de production des savoirs, se réactualisant en temps réel, etc...

 

 

C'est un phénomène irréversible : toutes les sources primaires de savoir sont peu à peu transférées sur l'Internet. C'est inéluctable et très rapide. Aux débuts de l'Internet, le savoir était dans les livres et transféré partiellement sur le web pour faciliter son accès. Dans un avenir proche ce sera l'inverse : le savoir sera sur le web, et transféré partiellement dans des livres pour faciliter son accès. Les livres subsisteront, mais ils ne seront qu'une forme prise par le savoir de base, qui sera numérisé sur l'Internet. Cela ne doit pas nous étonner, car après tout le monde académique est à l'origine de l'Internet.

Dans le rapport de l'Internet au savoir, le mot-clef est celui de transmission.

Si l'invention de l'écriture a permis de stocker et de conserver une grande masse de connaissances, elle a aussi conduit à l'oubli de larges pans de la tradition orale. A la mémorisation est toujours associée une perte; il en sera de même pour l'Internet. De nombreux textes seront conservés grâce à des procédés de numérisation et de distribution, mais la notion même de livre, une façon de raisonner, de penser, d'écrire, risque d'être oubliée.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Shutong
InternetSavoir

GI.KJJ

MQiInternet

DS.KRR

InternetEcrit

CE.LCE

WInternet

Rang = P
Genre = MR - IB