Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, l'indéconstructible                     Derrida, l'indéconstructible
Sources (*) : Les mots de Jacques Derrida               Les mots de Jacques Derrida
Pierre Delain - "Les mots de Jacques Derrida", Ed : Guilgal, 2004-2016, Page créée le 28 août 2005

[Derrida, l'indéconstructible, l'irréductible]

Autres renvois :
   

Derrida, la déconstruction

   
   
                 
                       

1. Un principe inconditionnel.

Comme la philosophie en général, la déconstruction ne se donne a priori aucune limite. En principe, tout peut être déconstruit. Il n'y a ni signifiés premiers, ni éléments primordiaux ou "originels", pas même l'être, le langage, les traces, les marques ou les différences. Tout élément renvoie à un autre élément. Or c'est là, dans cette affirmation même - l'affirmation d'un inconditionnel -, que commence le paradoxe.

 

2. Et pourtant...

Bien qu'en principe, rien ne soit indéconstructible, Jacques Derrida ne cesse de mentionner des points de butée dont il affirme qu'ils sont "indestructibles", "irréductibles"; "indéniables", "intraitables", "imprenables", "incalculables", "indémontrables", "intraduisibles", etc.... Qu'est-ce que ces points de butée? Sont-ils absolument hétérogènes, ou bien existe-t-il une problématique qui permette de les réunir, de trouver entre eux un ou des points communs? Et s'il existe de tels points, cela ne prouve-t-il pas qu'ils sont déconstructibles?

S'il est un modèle de trait irréductible, c'est celui du reste freudien, ce résidu idiomatique qui restera, quoiqu'il arrive, ininterprétable. Sans doute peut-on penser les concepts derridiens - le gramme, la trace, l'espacement, l'itérabilité de la marque et même l'affect - à partir de cela, cette écriture originelle que Freud a espéré déchiffrer jusqu'au moment où il s'est aperçu que la présence d'une telle écriture était impossible. Le gramme, l'espacement ou la marque structurent l'histoire humaine, mais on ne peut pas en faire l'histoire. Nous en héritons, sans pouvoir les cerner. La rigueur de la déconstruction ne suffira jamais pour réduire cette altérité, ces spectres indestructibles, qui résistent à l'analyse et mettent en mouvement la loi de l'auto-immunité.

On peut donner à cet irréductible un autre nom : l'autre, dont la préséance, la dissymétrie, la non-réciprocité, sont incontournables. Dire l'altérité irréductible de l'autre, telle est l'une des tâches, l'un des motifs de la déconstruction.

Invoquer la loi, faire appel à la justice, pardonner, exercer sa responsabilité, sont des opérations performatives, des événements qui ne reposent sur aucun calcul préalable, aucune anticipation. Elles sont inconditionnelles, dépourvues de sens et de finalité, en-deça de tout système de valeurs et de tout système d'opposition en général. Elles ne peuvent se référer qu'à des singularités - or toute singularité est irréductible.

Dans une oeuvre poétique, certains restes, irréductibles, se soustraient à toute interprétation (ces restes changent à chaque interpétation, mais il n'y a jamais d'interprétation sans reste).

 

3. En témoigner quand même.

On ne peut pas prouver le déconstructible, on ne peut qu'en témoigner, en peser et proposer l'hypothèse, dans une certaine situation de pensée. Peut-être peut-on aussi en établir certaines règles. Ce qui est irréductible ne peut pas non plus être codé, car c'est ce qui institue le code et le transgresse. Il ne peut pas être répété car, chaque fois, un autre contexte le parasite. On ne peut pas le penser comme être, mais seulement comme spectre, dans une hantologie qui prenne acte de la dislocation de la présence. Cela vaut pour le dessin ou la peinture traditionnels, qui ne saisissent jamais que des ruines, comme pour la photographie ou le cinéma. A l'époque des médias et des télétechnologies, cette spectralité prend la figure d'un effet de réel - tout en restant irréductible.

Pour interroger la philosophie, pour déconstruire, il faut se situer en un lieu étranger, un non-lieu. Ce lieu silencieux, innommable, n'est-il pas un lieu de folie contre lequel le langage surgit? N'est-il pas le lieu du délire, de l'absence d'oeuvre? Certes, mais tout geste, tout signe extérieur à la parole, revient dans le texte. C'est ce qu'on appelle, en linguistique, l'indication, qui couvre presque toute la surface du langage. Le vécu, le sensible, passent irréductiblement par cette texture du discours.

A la source de la croyance, se trouve un lieu tout-autre que Platon avait désigné d'un mot intraduisible : khôra. En ce lieu sans contenu, avant tout savoir, toute conscience, toute calculabilité, s'ouvre, par le témoignage, la possibilité du rapport à l'autre. Jacques Derrida qualifie de messianique cette possibilité de venue de l'autre. C'est une expérience mystique (quoique non religieuse), irréductible, sans laquelle il ne pourrait y avoir ni promesse, ni autorité, ni confiance, ni avenir, ni héritage (car tout héritage s'inscrit dans l'avenir).

Tout ce qui, comme le talith, rappelle un événement unique, une première fois, est irréductible.

 

4. Une expérience à poursuivre.

Affirmer à la fois le déconstructible et l'indéconstructible, c'est rester dans une logique aporétique : pas question de se figer dans un couple d'opposés, quel qu'il soit. Qu'on puisse nommer un point d'arrêt à la possibilité de la déconstruction n'arrête pas l'expérience. Au nom même de l'irréductible et de l'inconditionnel, au nom même de l'ouverture (qui est aussi ouverture à la science, à l'universel), il faut continuer, sans faire de transaction, en faisant la part de la crypte mais sans écarter non plus la possibilité d'un compromis.

Ainsi, par exemple, la justice, indéconstructible, doit-elle être pensée en déconstruction - sans quoi sa dimension d'excès, de dislocation, ne pourrait advenir.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

L'émergence de la conscience intentionnelle fait apparaître comme tel, selon une structure de non-présence, le gramme, ce concept irréductible et imprenable

-

L'itérabilité transgresse le code ou la loi qu'elle constitue; elle inscrit a priori, de façon irréductible, l'altération dans la répétition

-

Freud cherche à déchiffrer une "écriture originelle", mais ne trouve qu'un résidu idiomatique, irréductible, intraduisible, qui porte le poids de l'interprétation

-

Le messianique, ou messianité sans messianisme, est une structure irréductible, une expérience de la croyance qui fonde tout rapport à l'autre dans le témoignage

-

En tout langage, une structure d'archi-promesse est irréductible : c'est le moment du nom, de la parole ou du titre qui depuis son insignifiance promet le sens ou le vrai

-

L'affect, qui est le rapport du vivant à l'autre, est incalculable, irréductible, étranger à toute machine

-

Tout discours, en tant qu'il est engagé dans une communication et qu'il manifeste des vécus, opère comme indication - et cette indication est irréductible

-

La texture du texte est irréductible

-

Il ne saurait y avoir de vrai deuil, car la trace de l'autre est déjà irréductiblement en nous

-

L'espacement est l'impossibilité pour une identité de se fermer sur elle-même : c'est l'irréductibilité de l'autre

-

Une logique du don rappelle l'amitié à la non-réciprocité, la dissymétrie, la disproportion, l'irréductible préséance de l'autre

-

La folie, cette "absence d'oeuvre", est la part de silence irréductible contre laquelle le langage peut surgir - et il ne peut surgir, par essence, que contre elle

-

L'autre du portrait reste irréductible, il résiste à toute intériorisation, subjectivation, idéalisation

-

En photographie, l'effet de réel tient à l'irréductible altérité d'une autre origine du monde dont émane un regard, en un point zéro de l'apparaître

-

Jacques Derrida s'efforce d'interroger la philosophie depuis le lieu où elle se réfléchirait comme autre qu'elle-même, un non-lieu qui lui serait radicalement irréductible

-

La force d'un événement est irréductible au pouvoir d'un performatif

-

L'hantologie est une catégorie irréductible qui, à l'époque des médias, rend possible une prise de position politique

-

A travers la rencontre des spectres, une semence de vérité indestructible, irréductible, revient par morceaux

-

La télé-techno-discursivité, qui détermine l'espacement de l'espace public, est irréductiblement spectrale

-

Le nom grec de khôra (le lieu), est en affinité profonde avec l'un des noms du Dieu des Juifs : le Lieu

-

Invoquer une règle - qu'elle soit grammaticale, théorique ou juridique - est toujours une opération performative et politique qui implique irréductiblement la police et la loi

-

Se référer à Dieu, c'est en appeler à la singularité irréductible de chaque situation : une justice sans droit

-

La justice est indéconstructible pour Jacques Derrida comme la pitié était innée pour Jean-Jacques Rousseau

-

Pour qu'arrive un pardon effectif, concret, il faut que reste irréductible l'idée d'un pardon pur, inconditionnel, dépourvu de sens, de finalité et d'intelligibilité

-

D'elle-même et en elle-même, la philosophie ne se connaît aucune limite : elle doit affirmer de l'inconditionnel, de l'intraitable, du non-négociable

-

Dans une oeuvre poétique, un reste ou un excédent irréductible se soustrait à tout rassemblement herméneutique

-

Le messianique en général (sans contenu) est la structure formelle, indéconstructible, de la promesse émancipatoire, qui conditionne un autre concept du politique et de la démocratie

-

Il n'y a pas de méta-archive; on ne peut éclairer, lire, interpréter un héritage qu'en l'inscrivant irréductiblement dans l'avenir

-

La loi d'auto-immunité, qui diffère indéfiniment l'arrivée au but, est irréductible, invincible et indépassable

-

A partir de la possibilité irréductible du "sans réponse" (le mal, la mort) surgit l'exigence d'une responsabilité infinie

-

Il faut négocier et inventer un compromis au nom d'un inconditionnel qui ne souffre pas la transaction - c'est la difficulté

-

L'être, qui se produit dans la métaphysique occidentale comme domination d'une forme linguistique (le mot), n'est pas irréductible

-

La justice est indéconstructible, mais il faut la penser en déconstruction, dans un au-delà du droit qui est excès, disjointure, dislocation

-

[La déconstruction se déconstruit, c'est sa loi : jusqu'au point-limite où elle se retourne contre elle-même]

-

La voix reste non-déconstruite chez Derrida

-

On ne peut déconstruire la transcendance de la voix sans s'enfoncer vers l'innommable

-

L'irréductible référence à l'Un sépare la logique du talith de celle du voile : (Un + n) ne se multiplie que la première fois

logo

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
   
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaIndeconstructible

AA.BBB

DerridaCheminements

IN.DES

AB_DerridaIndeconstructibleRang = zQuois_Indeconstructible
Genre = -