Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
L'e-citoyen ne fait pas groupe                     L'e-citoyen ne fait pas groupe
Sources (*) : Un Internet ouvert               Un Internet ouvert
Paul Mathias - "Des libertés numériques - Notre liberté est-elle menacée par l'Internet?", Ed : PUF, 2008, p104

 

-

L'Internet au-delà de ses usages

[Si une "citoyenneté Internet" est concevable, elle ne se fonde pas sur une communauté mais sur le postulat que toute conduite est en droit une conduite d'écart]

L'Internet au-delà de ses usages
   
   
   
La puissance du Web, il faut l'écrire La puissance du Web, il faut l'écrire
                 
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Certains ont défendu l'idée que l'Internet impliquait un nouveau contrat social, une gouvernance spécifique distincte de celle des Etats souverains. On peut en douter, car le droit endogène de l'Internet est étroitement intriqué au Droit exogène - c'est-à-dire à celui des Etats historiques; et son idéologie est celle des démocraties occidentales. L'être-en-commun du Réseau ne repose pas sur des principes partagés qui lui seraient spécifiques, mais sur des pratiques, qui sont imprévisibles à cause de sa volatilité. On n'y fera jamais l'économie de la conflictualité. S'il y a politique de l'Internet, c'est celle de la maîtrise impossible des désaccords et des conflits.

Pourtant la citoyenneté numérique, c'est-à-dire cet aspect du gouvernement civil où le citoyen exerce ses prérogatives par le biais des réseaux, pourrait favoriser une transformation du modèle politique. On passerait d'une stratification hiérarchique et verticale à des ajustements entre groupes d'intérêt diversifiés qui conduiraient à des redistributions du savoir et des biens. Sans cesser d'être assujettis au Droit, les citoyens pourraient développer des normes et régulations horizontales. L'Internet, sans se séparer de la société, produirait un nouveau paradigme.

Il est douteux que ce paradigme conduise à des structures politiques susceptibles de porter des enjeux stables, car les communautés de l'Internet ne sont souvent que des rassemblements éphémères et transitoires. Mais cela n'empêche pas de prendre au sérieux l'expression du local et du discret. Les communautés virtuelles apportent quelque chose d'absolument nouveau : une nouvelle façon d'être-ensemble en redéfinissant à tout moment ses finalités, en laissant aux différences et aux déviances leur place.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

L'Internet produit un nouveau régime d'"être-en-communauté", où celles-ci sont capables de reconfigurer, redéfinir ou altérer leurs finalités

-

Une communauté réticulaire ou virtuelle est un continuum discursif, sans contrainte d'espace ni de temps, qui produit du commun à partir de la déviance ou de la différence

-

S'il y a citoyenneté dans l'Internet, c'est pour exprimer le local et le discret de la conscience et du discours politique

-

L'Internet, qui se présente comme un outil infiniment disponible, n'est que le produit volatile de ses opérations

-

Les "communautés" déracinées et déterritorialisées qui se forment sur l'Internet sont trop fragmentées et volatiles pour se cristalliser en forces politiques nouvelles

-

Le souci de gouvernance de l'Internet repose sur une tentative d'appliquer à des enjeux multiples et non explicités des principes universalistes

-

L'Internet favorise un changement de paradigme dans les institutions politiques : le pouvoir se dissémine et s'exerce par assentiments ou par assomption des dissentiments

-

Les réseaux sont la conséquence d'une culture nouvelle de la normativité où s'ajustent en permanence des procédures hétéroclites et conflictuelles

-

[La régulation externe de l'Internet par des lois et règlements étatiques ne peut devenir effective que si elle s'entrelace avec son code et ses normes endogènes]

-

L'idéal de fluidité et de transparence de l'Internet voile l'assujettissement de l'usager à des fonctions prédéfinies

-

Utiliser l'Internet implique une déhiérarchisation qui transforme le mode de transmission du savoir et des normes

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Mathias
InternetEcart

AA.BBB

InternetOuvert

KN.LKN

InternetUsage

LN.LLJ

InternetCheminements

ON.LON

ID_InternetEcart

Rang = W
Genre = -