Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

 DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, le langage                     Derrida, le langage
Sources (*) : Les mots de Jacques Derrida               Les mots de Jacques Derrida
Pierre Delain - "Les mots de Jacques Derrida", Ed : Guilgal, 2004-2016, Page créée le 12 décembre 2005

[Derrida, le langage]

Autres renvois :
   

Derrida, la langue

   

Derrida, la voix

   

Derrida, le signe

Derrida, signifiant : signifié

                 
                       

1. Linguistique et phonocentrisme.

On ne peut séparer la conception derridienne du langage du contexte intellectuel où elle est née : un structuralisme fortement marqué par la linguistique. Il lui fallait, comme à toute sa génération, se situer par rapport aux deux grands genevois, Jean-Jacques Rousseau et Ferdinand de Saussure. Sa thèse est claire depuis le départ : tous deux, dignes successeurs d'une lignée métaphysique qui remonte à Platon, accordent un privilège à la parole vive, à la voix et au mot en tant qu'unité sémantique, lien indissociable entre la conscience et le langage. Dans cette tradition, qu'il qualifie de logocentrique ou phonocentrique, la langue et la société sont supposées émerger ensemble par une décision arbitraire et extérieure, avec le discours et le langage articulé. Tout cela s'ordonne en un tout qui structure la société, détermine les croyances et institue la différence comme système. Une telle unité, si elle était tenable, permettrait au langage de garantir la normalité dans tous les domaines, y compris sexuel. Elle donnerait une consistance à la place du père, garantirait pour toujours le privilège de l'être.

 

2. Langage et écriture.

Mais ce système n'est pas indéconstructible. Avant l'écriture phonétique, dans le langage même (et avant même le langage), une autre écriture opère déjà, l'écriture proprement dite ou archi-écriture. Elle se caractérise par une rupture de l'horizon de sens qui vaut aussi pour toute expérience et tout signe. Le langage est porteur d'un autre genre de différence (ou différance) qui n'habite pas le monde, mais d'abord en lui-même. Les lignes de séparation du discours, qu'on suppose intangibles, sont des artefacts. Toutes peuvent être mises en question, y compris, par exemple, celle qui est supposée séparer l'homme de l'animal - comme si les animaux n'avaient aucun langage.

Le tissu de différences qui caractérise la langue est instable. Il ne peut pas supprimer le mouvement qui la constitue, ce mouvement incontrôlable qui faisait tellement peur à Jean-Jacques Rousseau. L'écriture surgit (et ne cesse de surgir) tout contre une folie dont elle ne se sépare jamais complètement, dans la brisure du miroir. Elle ne promet le sens et le vrai qu'à partir d'une insignifiance (une marque) qui menace de la détruire et ne cesse de produire des répétitions, des citations et des parasitages qui ne sont pas des accidents, mais sa loi.

Il fut un temps où de grands penseurs envisageaient la possibilité d'une langue universelle - en tous cas pour la philosophie. Ce qui arrive est assez différent : que ce soit en science, en musique, en cinéma, en danse, dans le dessin ou la peinture, c'est l'écriture qui déborde le langage, efface ses limites, excède la parole et délégitime tout signifié transcendantal. La domination du mot est contestée par l'infini pouvoir de substitution du langage (supplémentarité).

 

3.

Mais alors quelle est l'origine des langues? Un point fictif, insaisissable mais structurellement nécessaire, qui oriente toute signification sans signifier lui-même. En ce point pré-originaire où il faut répondre à l'autre, répondre de l'autre, le langage nous aura obligés. Ce point est indissociable de la responsabilité, de l'éthique.

La langue n'est pas seulement signifiante, elle est motivée, indicielle, liée au corps et au monde.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Le langage est d'abord écriture

-

En tout langage, une structure d'archi-promesse est irréductible : c'est le moment du nom, de la parole ou du titre qui depuis son insignifiance promet le sens ou le vrai

-

Un point de non-remplacement dans le système des significations est le point fictif d'origine des langues, de prohibition de l'inceste et de naissance de la société : la différance

-

La différence n'habite pas le monde, mais seulement le langage, dont elle est l'origine et la demeure

-

La rupture de l'horizon de sens qui vaut pour l'écriture vaut aussi pour tous les langages et tous les ordres de signes, et aussi pour toute expérience

-

Aujourd'hui l'avènement du jeu déborde le langage; il révèle l'écriture première par-delà la liaison phonocentrique du langage et de la voix

-

L'articulation du langage introduit la différence comme une institution

-

Le logocentrisme structure tout comme un langage - sauf ce qui, arbitraire et violent comme un cri informe, n'a rien à voir avec lui

-

Les ruptures et hétérogénéités qui séparent l'homme de l'animal sont irréductibles à une limite oppositionnelle binaire, indivisible ou linéaire, comme "le langage"

-

La science linguistique détermine le langage comme l'unité de phonè, glossa et logos

-

Vouloir distinguer le mouvement du langage et l'auto-affection sexuelle est le voeu logocentrique par excellence

-

Le parasitage ou le non-sérieux que John L. Austin cherche à exclure des actes performatifs, c'est ce qui constitue la loi même du langage

-

Le langage humain se distingue du langage animal par le pouvoir de substituer un organe à un autre, c'est-à-dire la faculté d'articulation ou de supplémentarité

-

L'indication couvre presque toute la surface du langage

-

La folie, cette "absence d'oeuvre", est la part de silence irréductible contre laquelle le langage peut surgir - et il ne peut surgir, par essence, que contre elle

-

Pour Rousseau, l'origine métaphorique du langage renvoie nécessairement à une situation d'angoisse, de déréliction et d'effroi devant la rencontre d'un autre menaçant

-

Le miroir est une invention du mot : en dissociant Eros et Psychè (corps/âme), il obéit à la loi du langage

-

Le champ linguistique émerge, dans l'oeuvre de Rousseau, comme la langue et la société : par une initiative absolue, une décision arbitraire et extérieure

-

[Le champ linguistique unit les genevois Rousseau et Saussure : tous deux accordent un privilège éthique à la parole vive et à la voix, auxquelles ils subordonnent l'écriture]

-

L'écriture phonétique a pour principe fonctionnel de répondre à l'exigence de système interne de la langue, que des forces extérieures ne cessent d'altérer

-

S'il y avait une langue universelle de la philosophie, elle limiterait d'avance le discours à une combinatoire, dont toute invention serait exclue

-

La voix est l'énigme qui répond à l'indiscernabilité de la conscience et du langage

-

Le "mot" [vox en latin] est une unité factice du sens et du son, du concept et de la voix, du signifié et du signifiant

-

Le mot est l'unité de la phonè et du sens; il fonde le privilège de l'être, qui ne résiste pas à sa déconstruction

-

L'être, qui se produit dans la métaphysique occidentale comme domination d'une forme linguistique (le mot), n'est pas irréductible

-

Remettre en question le signifié transcendantal, c'est reconnaître que tout signifié est aussi en position de signifiant; c'est déconstruire, avec le signe, tout ce qui lie notre culture

-

L'essence de la maternité tient à la langue maternelle, tandis que le père occupe la place intenable d'une langue formelle ou d'un métalangage, impossible et monstrueux

-

La responsabilité (éthique) qui répond (à) / de l'autre comme un passé qui n'aura jamais été présent, c'est l'essence du langage

-

La différance est le mouvement selon lequel la langue, ou tout code ou système de renvois, se constitue historiquement comme tissu de différences

-

Notre époque est celle où l'écriture déborde le langage, efface ses limites et excède la parole

-

La lettre, dans le dessin, fait événement : elle troue l'espace du tableau, l'articulation du discours et aussi le langage

-

La peinture se passe de langage, demeure hétérogène au discours et lui interdit tout surplomb

logo

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
   
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaLangage

AA.BBB

DerridaCheminements

LA.NGA

AL_DerridaLangage

Rang = zQuois_Langage
Genre = -