Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Rabbi Nahman de Braslav                     Rabbi Nahman de Braslav
Sources (*) :              
Marc-Alain Ouaknin - "Le livre brûlé, Lire le talmud", Ed : Seuil-Lieu commun, 1994, p378

 

Tete de prophete (Paolo Uccello, 1443) -

La coexistence incompréhensible d'un "Il y a Dieu" et d'un "Il n'y a pas Dieu" est le fondement de la pensée de R. Nahman de Braslav, le Baal Qouchia (possesseur de la question)

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

Selon R. Nahman de Braslav, pour créer le monde, Dieu a laissé un espace vide (Hallal hapanouï), complètement vide de sa présence, c'est-à-dire athée. Cet espace où Dieu n'est pas est notre monde; et pourtant, il y a Dieu. A partir de cette affirmation contradictoire, paradoxale, ce maître du hassidisme construit sa pensée messianique. Dans notre temps, Il y a Dieu et Il n'y a pas Dieu ne peuvent pas se rencontrer. Nous ne pouvons rien comprendre à cette séparation radicale, ou plutôt la seule possibilité que nous ayions de comprendre, c'est de vivre ce paradoxe dans le temps. Dans un futur à-venir, les deux contraires pourront être affirmés, sans disjonction ni positive (l'un ou l'autre), ni négative (ni l'un ni l'autre), et sans synthèse non plus.

On appelle R. Nahman de Braslav le Baal Qouchia parce que la question reste ouverte. Il n'est pas le maître de la réponse (Baal Techouva), il ne cherche pas à réparer. Il pose des questions. Le divin est absolument transcendant, mais aussi immanent. Il y a tension, conflit (mahloqet), paradoxe logique, ontologique, existentiel - productif. L'antinomie n'est pas seulement dans la raison, elle est dans le réel. C'est le paradoxe qui rend l'être possible, c'est la question qui est le lieu du monde.

 

 

Apprenant par Isaïe qu'il va mourir (cf Isaïe 38.16), le prophète Ezechias se met à pleurer. Alors Dieu fait remonter le cadran solaire de dix degrés et Ezechias peut vivre encore 15 ans. La remise en question [de sa propre mort] par un homme est plus forte que le temps tragique. Est-ce de la compassion (pour soi-même)? Toute l'ambiguité est dans le mot hébraîque qui la désigne, ra'hamim. La prophétie est au-delà du temps.

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Ouaknin
NahmanLivre

EV.LEV

XTemps

Rang = XE
Genre = MR - IB