Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
L'imaginaire est double                     L'imaginaire est double
Sources (*) : Sur le Contemporain               Sur le Contemporain
Iemanja Omulu dos Santos - "La salamandre et le caméléon", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 24 janvier 2006

 

-

[Il y a deux types d'imagination : mimétique et productrice]

   
   
   
                 
                       

logo

Cliquer pour accéder à son texte

 

De même qu'il y a plusieurs types d'image, il y a, au moins, deux types d'imagination :

- l'une est mimétique, fondée sur la spécularité du corps (je me vois dans un miroir), les perceptions et les sensations. Faculté de présentation s'appuyant sur l'intuition, elle présente une idée, un corps, une forme. Elle recherche des cadres, des normes, des lois auxquelles se conformer.

- l'autre est productrice et créatrice (qu'y a-t-il derrière le miroir?). Ancrée dans la vision charnelle, elle peut s'auto-affecter, voire s'émanciper des sens. Capable d'aller au-delà de tout critère de réalité (le sublime), c'est une faculté virtuelle, active.

Ce double caractère de l'imaginaire s'exprime par les oeuvres. Il est intrinsèque au cinéma, qui entretient sa poursuite infinie. Un peintre comme Goya, élevé dans le premier genre d'imagination, a libéré le second après la terrible maladie qui l'a rendu sourd.

Sans l'imagination, l'Internet n'aurait même pas pu exister.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

Il y a deux types d'imagination : l'une est mimétique et l'autre met en jeu la productivité libre et spontanée

-

L'image est un produit de l'imagination productrice

-

La vision ne diffère de l'imaginaire que par la recherche de la preuve

-

Transposée dans l'histoire de l'art, la formule kantienne "L'image est un produit de l'imagination pure a priori" fait des images des monogrammes

-

En 1792, un mal laisse Goya absolument sourd et libère son imagination

-

L'imagination ne peut être éveillée par aucune faculté : elle est pure auto-affection

-

L'imagination est la faculté de présentation - par elle, nous avons l'intuition de la bonne forme

-

[Dans le jugement de goût, l'imagination est libre et néammoins se conforme d'elle-même à une loi]

-

Est sublime ce qui, du seul fait qu'on ne puisse que le penser, révèle une faculté de l'esprit qui dépasse tout critère des sens, au-delà même de l'imagination

-

Le cinéma ne représente pas l'imaginaire, il est l'imaginaire, car il combine en lui la présence et l'absence

-

Le cinéma met en jeu les pulsions scopique et invocante : désirs de voir et d'entendre qui entretiennent le manque et la poursuite infinie de l'imaginaire

-

La transversalité de l'Internet s'appuie sur une étrange proximité avec l'imaginaire

-

Chez Rousseau, l'imagination est déterminée comme différance : faculté virtuelle la plus active, elle est en réserve dans la nature et la transgresse

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Iemanja
ProImagination

AA.BBB

PlanSite

HG.PLO

FI_ProImagination

Rang = zQuois_Imagination
Genre = -