Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Pluricité de l'image                     Pluricité de l'image
Sources (*) : Sur le Contemporain               Sur le Contemporain
Harald Gourami - "Un virtuel de plus", Ed : Galgal, 2007, Page créée le 24 janvier 2006

 

-

[L'image est double, triple, quadruple et encore plus]

Autres renvois :
   

Sur la vision

   

Derrida, l'image

   

Figure, figurabilité

                 
                       

logo

Cliquer pour accder son texte

 

Rien de plus évident qu'une image, mais rien de plus difficile à cerner. On peut en distinguer plusieurs types :

- l'image banale, usuelle, vue et revue, rassurante, qui offre la garantie d'une certaine stabilité, d'une identité spatiale ou visuelle. Cette image nous présente un monde qui semble être là où il est. Elle est le résultat d'un acte de représentation. Construite à partir d'idées, elle prolonge l'image mythologique. Quand elle s'appuie sur un Etat, un église ou un académisme, elle écrase de sa tyrannie toutes les autres images. C'est une fiction qui repose sur le meurtre de l'image-symptôme porteuse de vérité. Sa prééminence est toujours menacée, et toujours renaissante.

- l'image mécanique, découpée directement dans le monde, qui peut donner l'illusion d'une adéquation ou d'une plénitude. Les images indicielles ne sont pas nées avec la photographie. De l'imago aux images prototypiques chrétiennes, on s'est beaucoup servi de l'empreinte pour fabriquer des images.

- l'image qui perturbe, celle qui nous sort des sentiers battus, nous arrache à notre vie courante, entretient les désirs, révèle la ruine ou la déchéance dont elle est le souvenir, image d'art ou figure, ou corps, ou visage, image issue d'un rêve (vestige ou cristallisation d'un travail de l'inconscient), d'un montage, d'une création, d'un mécanisme, d'une ouverture dans l'ordre du temps ou de la lecture, ou d'un autre processus incontrôlable. Celle-là suscite un malaise, elle élance notre désir et le met en face d'une altérité, d'une crise ou d'un réel sur lesquels nous ne comptions pas. Toujours singulière, elle est en excès sur elle-même. Des mots invisibles l'habitent. L'histoire tourbillonne à partir d'elle, comme chez Goya.

- l'image comme résultat d'une imagination pure ou productrice. Ce qui s'en rapprocherait le plus aujourd'hui serait l'image numérique, sans référent ni pesanteur de réel. N'est-ce pas cette image-là que Platon critiquait comme simulacre?

- les anciens Romains ne la prenaient au sérieux qu'en tant qu'"imago" : les effigies en cire obtenues par empreinte sur le visage des morts. La ressemblance y était parfaite, c'est-à-dire juridique et rituelle. L'art n'a pu commencer que lorsque ce type d'empreinte a été abandonné. Mais le mode de lecture, celui où commande une voix spectrale, n'a pas été abandonné.

Nos parcours visuels tirent parti des écarts entre les différents types. Nous distinguons rarement entre eux. Des modalités ontologiques contradictoires coexistent. Nous sommes à la fois voyants et visibles, c'est-à-dire soumis à la duplicité proliférante de l'image. Elle est un kaléidoscope qui nous place, selon Georges Didi-Huberman, devant du temps. Toute image est anachronique, dialectique car surdéterminée. La durée s'y installe, s'y insinue, s'y monte et s'y démonte. Mais le temps peut défaillir. L'être montré par l'image s'y désagréger. L'histoire elle-même peut s'y monter ou s'y démonter.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

[L'image est une crise de temps]

-

L'image a une double temporalité : document de l'histoire/bloc d'éternité; elle ne produit d'historicité qu'anachronique et de signification que symptômale

-

Toujours, devant l'image, nous sommes devant du temps

-

L'image authentique doit être pensée comme image dialectique, car elle réunit et fait exploser des modalités ontologiques contradictoires

-

Une image est un montage de différences qui ouvrent l'éventail de temps hétérogènes

-

La structure de l'image est celle du kaléidoscope : une poussière d'objets disparates auxquels un montage optique donne une variété de formes lisibles

-

Toute image ressemblante est contaminée par l'altérité

-

Le mouvement qui est propre aux images, leur pouvoir spécifique, apparaît comme un symptôme, un malaise dans l'histoire de l'art

-

L'image apparaît comme un malaise dans la représentation

-

Au commencement de l'oeuvre, comme de tout autoportrait, il y a la ruine

-

L'image est anachronique car son rapport au temps est complexe, surdéterminé et exubérant

-

L'image n'est pas l'imitation des choses, mais un intervalle de temps rendu visible, une ligne de fracture où l'être se désagrège

-

Walter Benjamin place l'image au centre originaire et tourbillonnant du processus historique

-

L'image est un symptôme qui ouvre le temps

-

[Dans certaines photographies, la durée s'installe pleinement et s'insinue dans l'image]

-

Dans certaines photos le réel a pour ainsi dire brûlé un trou dans l'image : petite étincelle de hasard, d'ici et maintenant, où niche un avenir si éloquent que nous pouvons encore le découvrir

-

On peut distinguer deux types d'images : indicielles (la photographie) et symboliques (la peinture)

-

Dans les Ménines, il n'y a pas un Velasquez, mais deux : la représentation se constitue dans l'écart entre les deux, entre l'organisation géométrique et la structure imaginaire

-

La représentation dessine à l'avance une boîte dans laquelle l'image est enfermée

-

L'expérience proprement cinématographique résiste à la loi filmique : ne réduisant pas l'image à l'autorité du discours, elle y laisse entendre les mots invisibles qui l'habitent

-

L'image est un produit de l'imagination productrice

-

Toute image désigne un lieu à partir duquel une voix commande

-

Dans notre société où la photographie écrase de sa tyrannie les autres images, tout se transforme en images, déréalisant le monde

-

Avec le rêve et le symptôme, Freud a brisé la boîte de la représentation où l'image était enfermée

-

Il faut penser l'image à partir du travail du rêve, vestige d'un travail de l'inconscient

-

Dans le rêve, tous les contrastes et toutes les différences se cristallisent en une image unique

-

Les images cristallisent des désirs : elles entremêlent le neuf et l'ancien, le passé immémorial et l'aspiration à la transfiguration de l'ordre social

-

Le punctum d'une photo est un détail, un objet partiel qui lance le désir au-delà de ce que l'image donne à voir

-

L'image est foncièrement hybride - c'est-à-dire marquée par l'hybris (excès)

-

L'image pratique un travail d'ouverture dans l'ordre du lisible

-

Les peintures noires de Goya disloquent l'empire des images sur l'être-au-monde

-

Pour préserver le concept autoréférentiel et humaniste de l'art, il faut échapper à la dissémination à quoi nous contraignent les images, c'est-à-dire les tuer

-

L'image d'art démonte, monte et remonte les montages visuels et temporels par lesquels se définit la philosophie du temps

-

Comme toutes les images, les images de cinéma pensent au singulier

-

L'image photographique est pleine : elle emplit de force la vue, il n'y a plus de place, on ne peut rien y ajouter

-

Au cinéma, l'essence de l'image rejoint celle de la parole : une quasi-présentation d'un "lui-même là" du monde dont le passé est irreprésentable

-

L'image numérique est ce moment infinitésimal où nous percevons des formes, des couleurs, des mouvements, sans la moindre assurance de pouvoir nous reposer sur eux

-

Depuis Platon, l'image hante la philosophie comme la figure du mort hante le criminel

-

L'image n'est pas une copie, une seconde chose, elle est ce qui rend possible la duplicité du voir (voyant/visible)

-

L'image dialectique est une fulguration, une boule de feu qui franchit tout l'horizon du passé

-

Avec l'image, l'histoire est démontée et restituée comme un montage qui la montre en mouvement

-

L'émergence de la photographie a bouleversé radicalement la psychologie de l'image : c'est l'événement le plus important des arts plastiques

-

Transposée dans l'histoire de l'art, la formule kantienne "L'image est un produit de l'imagination pure a priori" fait des images des monogrammes

-

L'homme, définitivement déchu de son statut originaire d'être à l'image de dieu, ne peut le reconquérir que par l'art

-

Les images prototypiques du christianisme sont des traces exposées du divin, paradigmes où l'homme peut se penser à l'image de dieu

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Harald
ProImage

AA.BBB

PlanSite

HG.LHG

CI_ProImage

Rang = zQuois_Image
Genre = -