Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

DERRIDEX

Index des termes

de l'oeuvre

de Jacques Derrida

Un seul mot - ou un syntagme.

         
   
Derrida, l'art, l'oeuvre                     Derrida, l'art, l'oeuvre
Sources (*) : Derrida, le beau               Derrida, le beau
Jacques Derrida - "Economimesis", Ed : Aubier-Flammarion, in "Mimesis des articulations", 1975, p64

 

Glycines (Claude Monet, 1920) -

Derrida, date et signature

Le beau tient à quelque effet parergonal : les Beaux-Arts sont toujours du cadre et de la signature

Derrida, date et signature
   
   
   
Derrida, le parergon Derrida, le parergon
               
                       

Pour l'acquťrir, cliquez

sur le livre

 

Pourquoi l'art serait-il beau? Kant ne pose jamais cette question. Il s'appuie sur l'expression familière, Beaux-Arts, avec toutes les classifications et les hiérarchisations qu'elle implique, sans tirer les conséquences de ce qu'il dit lui-même dans la troisième critique : que le prédicat beau se rattache à la subjectivité, et non pas seulement au produit. Si le rapport au produit ne se coupe pas du rapport à la subjectivité, tout en restant un prédicat, alors il se situe à la limite de l'oeuvre, au bord, ni dedans ni dehors. C'est ce que Derrida appelle le parergon : là où se tient le cadre ou la signature, là se tient aussi l'effet de beauté.

Dans La vérité en peinture (p111) Derrida va encore plus loin. Il soutient que le beau peut être, à la limite, réduit à un effet de cadre. Supposons, dit-il, un tableau vidé de tout autre contenu que le cadre. Il n'aurait aucune finalité, aucune signification, mais de par sa propre forme, il générerait une attente, une tension. Interrompue d'un coup net, cette tension libérerait une certaine beauté (VEP p113). On retrouve cette tension dans l'acte producteur. Le beau tient à la possibilité de répéter un acte subjectif de production qui reste à la limite de l'oeuvre.

 

 

Qu'est-ce qui fait que nous puissions trouver belles ces glycines de Monet? La beauté n'est pas dans l'oeuvre, mais dans le rapport que nous entretenons avec elle. [Dire cela ne suffit pas pour définir la beauté. Il faut encore s'interroger sur le plaisir que nous ressentons à voir l'objet beau - mais cela suppose de rompre avec Kant (car le plaisir n'est pas désintéressé) et de se rapprocher de Freud (la sublimation)].

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Derrida
DerridaArt

OD.IRU

DerridaBeau

FD.LDF

DerridaSignature

LP.LLP

DerridaParergon

MC.LMC

UBeauParergon

Rang = N
Genre = MR - IA