Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

 

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

                     
                     
Lévinas, le désir                     Lévinas, le désir
Les mots d'Emmanuel Lévinas               Les mots d'Emmanuel Lévinas
Maria Ramos - "Dans la langue d'E.L. et ses parages", Ed : Guilgal, 2009-2017, Page créée le 6 février 2006

 

-

[Le désir de Lévinas est métaphysique, il aspire à l'altérité, à l'absolument autre]

   
   
   
                 
                       

logolevinas

 

Il ne faut pas confondre la jouissance et le désir. La jouissance est liée au moi, au retour du même. C'est la volupté courante associée à la satisfaction des besoins. Mais le désir lévinassien n'est réductible à aucune économie. Métaphysique, désintéressé, gratuit, impossible à combler et satisfaire, il repose sur une générosité et une bonté inanticipables, antérieurs à toute question. On ne peut l'approcher que par la démesure, par une pensée qui pense plus qu'elle ne pense. Il aspire à l'infini, l'altérité, l'absolument autre. Son mouvement sans cesse relancé vise un futur jamais assez futur.

Celui qui désire ne cherche pas à combler un manque. Au contraire, pour aspirer au désir, il ne faut manquer de rien. L'être désirant n'est pas celui qui s'accomplit, mais celui qui dépasse l'être - dans une exigence qui rejoint celle de la conscience morale.

Le désir prend appui sur un corps vertical, qui vit dans l'autre. S'il est libre, s'il tend vers autre chose, c'est parce que la totalité a été rompue.

 

 

--------------

Propositions

--------------

-

L'extériorité irréductible de l'autre appelle le désir, qui est séparation infinie, rencontre aventureuse hors de soi, eschatologie désespérée

-

Le visage est le corrélatif de ce qui est antérieur à toute question : le désir

-

Le désir métaphysique ne repose sur aucune parenté préalable, mais sur une générosité et une bonté qui ne pensent ni n'anticipent le désirable

-

Le désir métaphysique tend vers tout autre chose, vers l'absolument autre

-

L'infini dans le fini se produit comme désir

-

Le dynamisme du désir renvoie à l'"à-Dieu", pensée désintéressée, gratuite, qui pense plus qu'elle ne pense, idée de l'infini plus ancienne que la pensée du fini

-

Le désir est un mouvement sans terme, sans cesse relancé, vers un futur jamais assez futur

-

On approche le désirable par une pensée qui à tout instant pense plus qu'elle ne pense

-

En se dressant du bas vers le haut, le corps s'ouvre au désir, il est moi tout en vivant dans l'autre

-

Le désir est l'aspiration de celui qui ne manque de rien, tandis que le besoin atteste le vide et le manque dans le besogneux

-

Le désir de l'autre (ou désir d'autrui) naît dans un être par-delà tout ce qui peut lui manquer ou le satisfaire

-

Par attraction de l'infinie hauteur de l'être, le désir a la rigueur de l'exigence morale

-

La vie est amour de la vie : rapport avec des contenus qui ne sont pas mon être, mais plus chers que mon être

-

[L'ordre du désir s'affirme à travers la création ex nihilo]

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Levinas
LevDesir

AA.BBB

LevinasMots

DE.SIR

ED_LevDesir

Rang = AVDesir
Genre = -