Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Peinture et planéité                     Peinture et planéité
Sources (*) :              
Clement Greenberg - "Art et culture, essais critiques", Ed : Macula, 1988, p186

 

Vierge (Lorenzo Monaco) -

L'art byzantin, exclusivement transcendant, et l'art moderniste, radicalement positiviste, ont renoncé à l'illusion pour réaffirmer la planéité de l'espace pictural

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

L'art moderniste comme l'art byzantin réagissent à deux longues et riches traditions de naturalisme sculptural (art classique, art gréco-romain), pendant lesquelles une illusion de volume a été obtenue par des contrastes d'ombre et de lumière. Ils ont des points communs :

- la distinction entre décoratif et non-décoratif s'estompe,

- l'iconoclasme fait écho à l'abandon du figuratif,

- des couleurs saturées remplissent l'espace et détruisent le système de contrastes qui conditionnait l'illusionnisme.

Les byzantins évoquaient une réalité transcendante et dématérialisaient la réalité immédiate, tandis que nous insistons sur une omniprésente réalité (monisme). Dans les deux cas, la distinction entre transcendance et réalité immédiate s'estompe, une chose devient indifféremment toute chose. Les extrêmes se rejoignent.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Greenberg
PeinturePlane

VM.LMM

WByzantinsPlaneite

Rang = O
Genre = MR - IA