Accueil
Projet
Derrida
Œuvrance
Sources
Scripteur
Mode d'emploi
 
         
           
Lire Derrida, L'Œuvre à venir, suivre sur Facebook L'activité du site, suivre le blog

TABLE des MATIERES :

                            NIVEAUX DE SENS :

Les collectes de l'Orloeuvre
   
     
Chaque art moderniste se veut pur                     Chaque art moderniste se veut pur
Sources (*) : Peinture et planéité               Peinture et planéité
Clement Greenberg - "Art et culture, essais critiques", Ed : Macula, 1988, p219

 

La princesse Bibesco (Vuillard, 1912) -

La décoration est le spectre qui hante la peinture moderniste

   
   
   
                 
                       

Pour l'acquérir, cliquez

sur le livre

 

A propos de la peinture de Milton Avery, dont les moyens picturaux sont intrinsèquement décoratifs, mais qui rejette explicitement le décoratif. Les courants qui y sont les plus exposés (comme l'impressionnisme tardif et le fauvisme) doivent trouver les moyens de retourner le décoratif contre lui-même. Pour cela, ils augmentent la tension entre moyens décoratifs et fins non décoratives.

Greenberg tient à une distinction tranchée entre art abstrait et simple décoration. Tous deux utilisent des moyens essentiellement visuels et occupent la surface de manière continue. Mais il n'y a dans la décoration ni la tension que le cubisme s'est employé à maintenir, ni le naturalisme qui est implicite dans la dimension même du tableau de chevalet : recréer l'unité instantanée de la nature en tant qu'elle constitue une vue. Le décoratif est une surface plane qui manque de cohérence et d'unité, qui déshumanise et opère dans le vide : ce dont on accuse parfois l'art abstrait.

 

 

 

 

 


Recherche dans les pages indexées d'Idixa par Google
 
   
 
 
Follow @pdelayin

 

 

 

 

 

   
 
     
 
                               
Création : Qylal

 

 
Idixa

Marque déposée

INPI 07 3 547 007

 

Greenberg
ProModernisme

GU.LAU

PeinturePlane

ID.LID

T.fantôme

Rang = L
Genre = MR - IB